À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Action Gatineau et le PQ

Le 26 février, à TVA Gatineau-Ottawa, le conseiller du district du Plateau, Maxime Tremblay, a fait une déclaration provocante et mensongère.

Il a affirmé, en parlant d'Action Gatineau: «On sait que ce parti-là est associé au Parti québécois, on sait que c'est des séparatistes qui se mettent tous ensemble, c'est pas parce qu'ils restent dans ce coin-là.»

Les propos du conseiller Tremblay m'ont exaspéré.

Ce type de commentaire déplacé et gratuit nous ramène à l'époque de Maurice Duplessis, de l'enfer est rouge et du ciel est bleu.

Je suis fier d'être membre du premier parti politique municipal de Gatineau, Action Gatineau, dirigé par Maxime Pedneaud-Jobin.

Notre parti arc-en-ciel réunit des membres et des élus de toutes les allégeances politiques, tant au niveau provincial que fédéral.  

Pour ma part, ce n'est un secret de Polichinelle pour personne: je suis membre du Parti libéral du Québec et du Parti libéral du Canada depuis de nombreuses années.

Dois-je vous montrer mes cartes, M. Tremblay?

Martin Lajeunesse, Conseiller du district de Buckingham

Une arme, un privilège

La volonté d'une poignée de «cowboys» qui réclament le retrait du projet de loi d'un registre québécois d'armes à feu m'embête beaucoup.

Nous ne réalisons pas à quel point le Canada est chanceux de ne pas avoir la même approche que nos voisins du sud.

Plus les armes sont accessibles, plus elles deviennent dangereuses. 

L'Association canadienne pour les armes à feu est une menace en soi. De la propagande mal placée se cache derrière les fabricants d'armes.

Il faut interdire leur vente dans les annonces des journaux.

Il se passe un malin échange d'armes à feu durant la saison de chasse dans les journaux régionaux.

Posséder une arme à feu est un privilège et non un droit.

Restons vigilants.

Guy Faubert, Pontiac

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer