À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Choisir le pire...

D'aucuns estiment que les politiciens de la région seraient sur le point d'annoncer la construction d'un tunnel du centre-ville d'Ottawa à Gatineau pour y faire passer camions et autobus.

Ne pouvant s'entendre sur la construction d'un pont en un meilleur endroit pour des raisons purement électoralistes, nos élus s'apprêteraient à s'engager dans la pire des solutions... la plus dispendieuse, la plus dangereuse et la moins pratique.

Osons espérer que le bon jugement des uns prévaudra sur l'obstination des autres.

Gilles Marleau, Ottawa (Orléans)

Le public à la rescousse

Bombardier volera sur l'air du Québec et d'Air Canada. La coupe de 7000 postes et le remplissage de la trésorerie plaisent aux investisseurs. L'entreprise contrôle ses dépenses, elle survivra. Le secteur privé a prévu une trésorerie, mais pas d'«emploirie» en réserve pour les jours meilleurs.

Les mises à pied? S'en occupe l'assurance-chômage du secteur public, «ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal». C'est pourtant l'argent public qui sauvera la mise des actionnaires. Ils misent aussi sur celui du fédéral.

Ils pourraient au moins nous dire merci en restant dans la famille, en cessant leurs vols aux paradis fiscaux.

Pascal Barrette, Ottawa

Le PCC et la pauvreté

La course à la direction du Parti conservateur nous réserve-t-elle des surprises?

C'est le cas en observant les questionnements de l'ex-ministre Tony Clement, qui pense que le PCC doit se doter d'une politique anti-pauvreté. Encourageant. Pour Stephen Harper, la pauvreté était une conséquence d'une économie défaillante et la stratégie pour la combattre «est de faire croître l'économie et mettre les Canadiens au travail», expliquait-on.

Tout ça pour dire qu'un parti politique, même le PCC, doit avoir un volet du programme qui répond aux besoins des moins nantis. Nos institutions comme nos partis doivent avoir des plans concrets pour aider chacun d'entre nous. Non pas diviser les classes sociales en privilégiant l'une au détriment des autres comme ce fut le cas depuis 11 ans.

Serge Landry, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer