À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Coup de coeur

Courez vite à la galerie Alpha, au marché By, pour assister au bed-in «vivant» de Dominique et Édith Sokolowski et pour y admirer les magnifiques coeurs peints par l'artiste. Éblouissant.

Ce happening de février est une célébration de l'amour et de la paix mondiale. À ne pas manquer.

E. Lapointe, Gatineau

Dur à comprendre

J'ai de la difficulté à comprendre la position du correspondant A. Verreault à l'égard des films au Cinéma 9 («Le français au cinéma», 16 février).

S'il veut voir des films dans leur version originale anglaise, rien ne l'empêche de se rendre à Ottawa. Il est normal qu'au Québec les films soient d'abord et avant tout présentés en français; ça nous a pris de très nombreuses décennies pour y avoir droit.

Et le doublage procure des emplois à de nombreux locuteurs de langues autres que l'anglais, ce qui n'est pas négligeable.

Raymond Ouimet, Gatineau

Stallone en français?

Le correspondant A. Verreault devrait plutôt se demander pourquoi aucun autre cinéma ne présente des films en français. Il peut aller à StarCité, choisir Netflix ou aller à Ottawa.

J'ai éduqué mes deux enfants en les emmenant au Cinéma 9, même si je demeure dans l'Est ontarien depuis 1998; j'y vais lors du festival du film, et aussi parfois au Festival du MIFO, dans le secteur Orléans.

Pourquoi? Parce que c'est en français, parce que c'est ma langue, parce que ça fait partie de ma culture. Bravo au propriétaire du Cinema 9! Ne lâchez pas.

De toute façon, lorsque Sylvester Stallone parle français, je saisis mieux ses paroles...

Marc Scott, Alfred

Une dépense inutile

Donner un nom à l'autoroute 50? Encore une dépense inutile!

La 50, c'est comme la 20, la 40 ou la 10. Encore des batailles à n'en plus finir qui coûteront des milliers de dollars qu'on pourrait investir sur nos routes.

Luc Robert, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer