À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Protéger nos entreprises

Les gouvernements fédéral et provinciaux devraient mieux protéger nos entreprises canadiennes. Le Canada est entrain de s'américaniser?

La vente de Rona à la compagnie américaine Lowes me rappelle le souvenir pas très lointain de la compagnie Target qui avait acheté tous les Zellers (une compagnie canadienne). Au bout de quelques mois, Target a fermé ses portes en supprimant tous les emplois.

Pendant que notre dollar canadien est bas, Lowes achète Rona et rassure tous les employés de cette entreprise canadienne et les consommateurs en leurs faisant des promesses, mais attendons voir ce qui se passera dans le futur.

Line Branchaud, Russell

Une 50 innommable

Faut-il s'étonner que la route 50 n'ait pas encore trouvé de nom?  Elle est innommable! 

La prendre, surtout en hiver, est une garantie de rouler à la vitesse du plus lent véhicule de la file, avec une bousculade aux rares voies de passage, beaucoup plus dangereuse que l'alternative de la route 148.

On pourrait encore dire que lorsqu'elle sera enfin une autoroute digne de ce nom, à deux voies de chaque bord, on l'honorera alors.  Dans l'intérim, n'insultons pas la mémoire des défunts ou même la réputation des vivants en prétendant que c'est un honneur.

Ou encore mieux, nommons-la du nom de celui qui aimait le plus s'en péter les bretelles, alors qu'il n'y a vraiment de quoi : Norm MacMillan. 

Pour moi, la route 50 demeure un symbole du sous-développement de l'Outaouais, pris pour acquis en matière de transport, tout comme en matière de santé, d'éducation, etc.

André Dorion, Gatineau

L'autoroute 50 %, voilà comment il faut la nommer !

Denis Payer, Val-Des-Monts

Le français au cinéma

Pourquoi tous les films du Cinéma 9 sont des traductions françaises? 

Traduction bien souvent incompréhensible (DeNiro qui dit «Va te faire foutre salle con!»).

Ne sommes-nous pas dans une région bilingue? 

On peut vouloir voir un film dans sa langue originale sans mettre en danger le français, non?

A. Verreault, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer