À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

J'ai honte!

J'ai eu honte en lisant la chronique de Patrick Duquette («Une école pas si gratuite») du 5 février dernier. Réduits à vendre du chocolat pour acheter des pupitres, cela doit nous indigner.

Loin de moi l'idée de blâmer les parents: Québec les y a poussés. Les professeurs et les parents ont hurlé tout l'automne que les compressions touchaient les services aux élèves. Le ministre de l'Éducation se faisait rassurant en rétorquant que les services n'allaient pas être touchés, etc.

Mensonge. Nous en avons la preuve.

Le ministre s'en lave les mains en disant que cette décision relève de la commission scolaire et de l'école. Le président de la commission scolaire, Claude Beaulieu, parle de «dérive» causée par l'autonomie laissée aux conseils de parents.

J'ai honte de ces administrateurs qui hésitent tant à reconnaître que l'éducation est un droit que l'État québécois doit assurer à tous.

Jean-Pierre Deslauriers, Gatineau

De la «condofication»

On devrait trouver un nom autre que densification pour décrire des projets tels ceux proposés aux plaines LeBreton.

Les condos ont à peu près la même densité où qu'on les bâtisse et leurs habitants utilisent la même quantité de terrain. Les maisons familiales, par contre, peuvent être bâties en faible densité ou en plus grande densité. Les maisons en rangée, comme celles qui étaient là en 1960, sont de la densification.

Les tours proposées sont de la condofication.

Martin Laplante, Ottawa

Ça changera pas

Dion Phaneuf ne changera pas grand-chose chez les Sénateurs. Ottawa a un bon club, mais ne lance pas. On se passe la rondelle en avantage numérique au lieu de lancer vers le filet: on cherche trop le jeu parfait.

Lancez et ça va entrer un jour ou l'autre.

Luc Robert, Gatineau

Le monde à l'envers

J'ai eu à me rendre à Vancouver dernièrement.

Lorsque je suis passé par l'aéroport d'Ottawa, tous les services que j'ai eu furent en anglais, même si je m'adressais au personnel en français. À mon retour, à l'aéroport de Vancouver, tous m'ont répondu en français.

C'est le monde à l'envers. J'ai pris la peine de les remercier.

Claude Patry, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer