À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Même pas gêné...

Le geste confirme ce que j'ai toujours pensé («Lauzon empoche plus de 56 000 $», LeDroit, 2 février): un très minime pourcentage des politiciens font carrière pour améliorer la vie des citoyens. Une autre loi qui avantage les politiciens.

Et je suis certaine que Stéphane Lauzon ne se garde même pas une petite gêne.

Nicole Huneault, Gatineau

Au détriment des services

Quelle hypocrisie que de dénoncer cette pratique honteuse et jugée légale que sont les allocations de transition.

Les contribuables sont les victimes en payant des allocations faramineuses et insensées. Pourquoi ne pas exiger sur le champ leur abolition? Celui qui la reçoit ne fait que suivre le courant et s'en prévaloir comme ses prédécesseurs et ses successeurs.

Malheureusement ces quelques propos resteront lignes mortes alors que nous continuerons de gaspiller les fonds publics pour enrichir un petit groupe au détriment de services combien essentiels.

Michel Talbot, Alma

Abus de pouvoir

Toute allocation de transition ou autre bénéfice est dû à l'abus de pouvoir des élus lorsqu'ils deviennent décideurs supposément pour la population.

Abolissez ces honteux règlements ou clarifier les cas spéciaux. Alors il n'y en aura pas d'ambiguité.

Consultez les syndicats, eux savent ce qui est possible d'obtenir ou pas.

R. Lamoureux, Gatineau

Pas d'éthique

Il faut que cela arrête ce gaspillage des fonds publics!

La Ville de Gatineau doit apporter des changements aux règlements en matière de transition comme celui qui implique Stéphane Lauzon.

C'est une chose quand un conseiller perd ses élections et n'a pas un autre poste en vue; c'est une toute autre chose pour un conseiller qui poursuit sa carrière vers un autre ordre de gouvernement!

M. Lauzon n'a hélas pas d'éthique et n'en aura pas plus comme député fédéral libéral.

M. Renaud, Gatineau

Mépris des contribuables

Le geste de Stéphane Lauzon s'apparente à du mépris des contribuables et pose un doute sur son implication-citoyenne et sur l'authenticité d'un soi-disant serviteur des citoyens.

Les quatre prochaines années fixeront notre vision sur les intentions de cet ancien conseiller municipal.

Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau

Insultant en plus!

Le commentaire de Stéphane Lauzon à l'effet qu'il est «très à l'aise avec ça» [l'allocation de transition de 56 000 $] ajoute l'insulte à l'injure et pour le commun des mortels, le cynisme sera une fois de plus à l'avant-scène, et ce, avec raison.

Dommage que M. Lauzon n'ait pas fait preuve de plus de jugement dans ce dossier, il aurait anobli le rôle du politicien.

Question: combien de travailleurs partent avec une telle prime?

Paul Peterson, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer