À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Un triste départ

Quel triste départ que le tien, cher René Angélil. Mais tous les rêves que tu avais pour Céline auront tous été plus qu'accomplis. Tu auras fait de la petite fille de Charlemagne une vedette internationale! Qui dit plus? Que demander de plus, cher impresario?

Ce temps de repos tu l'auras plus que mérité. Va, sois sans crainte, Céline est forte, elle saura toujours faire ce qu'elle faisait de mieux - chanter!

Nul doute dans mon esprit, cher René, que Céline saura continuer d'évoluer sur cette voie que tu lui auras si amoureusement tracée et destinée. Il est venu ce temps maintenant de te reposer, de dormir en paix...

Lucie Dumouchel, Gatineau

Dégénérescence administrative

Si le Conseil du Trésor estime convenable de s'engager sur la voie de la déperdition en recourant à des machines pour concocter des communications à l'interne, il lui incombera de parler désormais de «transcodage programmé» et non pas de «traduction automatique», terme impropre en ce que l'ordinateur ne dispose pas des facultés qui lui permettraient de se substituer à la sensibilité et au discernement du cerveau humain, qui ne se contente pas de reproduire le résultat d'opérations programmées, s'appliquant plutôt à créer un discours contextualisé.

C'est pourquoi il s'impose de donner l'heure juste afin que tous puissent prendre conscience qu'en préconisant une méthode aussi peu rigoureuse, l'on cautionnera une tendance à la médiocrité qui ne pourra que déteindre sur les pratiques administratives et, par voie de conséquence, sur la qualité des services à la population.

Jean-Charles Merleau, Gatineau

Doit-on en rire?

J'ai bien ri en apprenant que le conseil municipal de Gatineau a dépensé 317 000$ pour les petites excavations de la rue Jacques-Cartier afin de trouver quelques petits déchets résiduels de générations passées («Fouilles sur la rue Jacques-Cartier: deux fois plus cher que prévu», 14 janvier).

Essayez juste d'imaginer les jouissances profondes des archéologues, dans 200 ans d'ici, qui feront des fouilles archéologiques dans nos dépotoirs actuels! Ce sera tout simplement phénoménal!

Claude Bastien, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer