À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Manque de maturité

Qu'il est édifiant de voir des membres de notre cher conseil municipal utiliser les médias pour se faire une guerre idéologique interposée. De vrais enfants d'école.

Voir Sylvie Goneau et Maxime Pedneaud-Jobin se relancer constamment démontre un manque de maturité et de professionnalisme par un maire et un conseiller sensés représenter la collectivité et les intérêts supérieurs des citoyens de Gatineau et surtout être des leaders politiques à la table du conseil.

André Beauchamp, Gatineau

Du camping à Gatineau

La Ville de Gatineau cherche par tous les moyens à attirer et retenir des touristes.

Le vaste terrain du parc La Baie pourrait être aménagé en terrain de camping l'été.

Il suffirait d'y aménager la surface en conséquence : alimentation courante en eau potable, toilettes hygiéniques, stationnements de véhicules aménagés en zones sécuritaires, etc.

La municipalité pourrait, dans un proche avenir, aménager d'autres espaces libres durant l'été, telles que certaines cours d'école ou des terrains vacants assez nombreux dans la région.

Le coût de ces investissements pourrait être récupéré très rapidement avec les frais de location de ces espaces de camping.

Bertrand Fortin, Gatineau

Ottawa, capitale bilingue

Quand le chroniqueur Patrick Duquette met de l'avant les avantages du marché By («L'esprit des lieux», LeDroit, 16 janvier 2016), ce qui saute aux yeux, c'est la fonction identitaire de ce lieu de vie en même temps que ses multiples qualités, sources de fierté.

«L'esprit des lieux» est une fibre parlante d'un domaine précis et circonscrit au coeur d'Ottawa, ville et capitale... bilingue.

Si nous demandions au peintre un tableau imprégné des couleurs de nos cultures, au musicien des tons pénétrés de nos traditions, au tisserand des fils trempés des forces de nos patrimoines, nous aurions de quoi détremper les idées raides et sèches de certains politiciens qui s'en tiennent au statu quo. Le temps est venu de chanter, dans l'espérance, la reconnaissance d'une capitale officiellement bilingue.

Gertrude Pelletier Lapointe, Ottawa

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer