À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Pour sauver des jobs?

Québec emprunte 1 milliard $US pour subventionner Bombardier, soi-disant pour sécuriser 40 000 jobs, pendant qu'il coupe partout ailleurs. Scandaleux.

On a aussi vu les papetières être subventionnées à tour de bras pour se moderniser et sécuriser des jobs. Ça s'est toujours soldé par de la robotisation et moins d'emplois au nom de la productivité et du profit. Ça met certaines entreprises sur le respirateur artificiel pour un certain temps. Mais je suis persuadé qu'ils couperont des emplois tôt ou tard. C'est trop facile avec l'argent des autres.

Emprunter pour subventionner, je n'en reviens pas!

Yves Gosselin, Gatineau

Trudeau et dualité linguistique

Dans les années 1970, durant les années du premier gouvernement Trudeau, dualité linguistique et francophonie étaient au coeur de la politique fédérale. Pour chaque dollar consacré au multiculturalisme, il y en avait au moins 10 et plus pour les langues officielles.

Le multiculturalisme n'était qu'une idée instituée pour des raisons stratégiques pour calmer la grogne dans l'Ouest à l'endroit des langues officielles. Des libéraux comme Francis Fox, Serge Joyal et autres croyaient profondément à la francophonie canadienne. Pourquoi ne pas les ramener à titre de mentors pour nos députés libéraux francophones?

Le deuxième gouvernement Trudeau devra remettre la dualité linguistique et la culture au coeur de ses préoccupations. Comment? En mettant de l'avant des politiques comme le bilinguisme des juges de la Cour suprême. Une bonne occasion pour le député de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, de se faire les dents.

En aidant l'Ontario à atteindre son objectif de 5% en matière d'immigration francophone. En investissant davantage dans les institutions culturelles majeures comme Radio-Canada, le Conseil des arts, etc.

La nomination de Mélanie Joly comme ministre de Patrimoine est un bon premier pas.

Vincent Lamoureux, Hammond

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer