À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Sous le joug communiste

J'aimerais joindre ma voix à celle des nombreux Canadiens qui se sentent lésés par les doutes exprimés au sujet du bien-fondé de l'installation à Ottawa d'un Monument aux victimes du communisme. Le quart de la population canadienne a subi les sévices du communisme. Les Canadiens qui n'ont pas vécu sous le joug communiste ne comprennent pas le danger d'une résurgence de ce fléau. Nous espérons que le monument ouvrira les yeux des indifférents ou communisants qui s'opposent à ce témoignage de ceux qui peuvent encore témoigner. Je représente la communauté bélarussienne du Canada. Le Bélarus a perdu six millions d'habitants depuis le début du xxe siècle, et la dictature actuelle de M. Loukachenka fait suite à la politique du régime communiste de l'URSS, de même que le régime de Vladimir Poutine prolonge la politique de ses prédécesseurs du Kremlin. Cela concerne nous tous. La menace communiste pèse sur le monde d'autant plus que les crimes perpetrés par le communisme n'ont jamais été sanctionnés.

Joanna Survilla, Gatineau

Mauvaise réception

Je n'écoute pas Unique-FM parce que la fréquence est loin d'être bonne et ça depuis le début de son existence. J'écoute Rouge FM à la place. Si Unique FM améliorerait sa fréquence dans l'Est ontarien où il y a un bassin de francophones, peut-être que là je l'écouterais.

Line Branchaud, Russell

Le camouflet

La nomination de Calin Rovinescu au poste de chancelier de l'Université d'Ottawa est plus qu'un paradoxe, c'est un camouflet («Le paradoxe», LeDroit, 19 novembre). Tant d'inconscience laisse pantois. Il faut espérer que le nouveau chancelier se contentera d'inaugurer les chrysanthèmes. Mais le mal est fait et les Franco-Ontariens savent désormais à quoi s'en tenir: des discours creux et du bilinguisme de façade. Vivement la création d'une université de langue française en Ontario!

Jean-Pierre Villeneuve, Ottawa

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer