À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Bonne chance

Le premier cabinet du gouvernement Trudeau a été nommé mercredi. Les attentes se multiplient: le questionnaire long de Statistique Canada, la commission d'enquête sur les femmes autochtones, les bonifications à l'assurance emploi, les 60 milliards $ en infrastructures, la réforme du mode de scrutin et le nouveau pacte sur la santé.

Peu de surprises dans les nominations ministérielles. Un petit cabinet de 30 ministres. Et pour la parité, c'est une réussite. Les finances vont à l'Ontario, comme d'habitude, avec 10 autres ministères.

Les francophones du pays ont six Québécois au pouvoir. Et un Acadien, en Dominic LeBlanc, qui devient leader du gouvernement en chambre après 15 ans en politique. Bravo!

Il y a aussi Stéphane Dion aux Affaires étrangères. Avec les Goodall, Dion, Macaulay, McCallum, Brison, la vieille garde est là, tout comme les nouveaux visages.

À noter: il y a un ministre aux personnes handicapées, un aux les petites entreprises et un aux collectivités. Félicitations.

Bonne chance à Justin Trudeau et à son équipe ministérielle très représentative d'un nouveau Canada.

Serge Landry, Gatineau

Félicitations, M. Trudeau!

Quelle belle façon de démontrer notre diversité culturelle, ainsi que la parité femme-homme dans le choix des ministres. Je suis encore plus fier d'être Canadien.

Fernand Lacroix, Gatineau

Question de prévention

Depuis plusieurs années, des arbres (possiblement des frênes) sont morts entre la rue De Lorimier et Saint-Jean-Bosco.

J'ai signalé cela à la Ville de Gatineau et à la Commission de la capitale nationale - la piste longe la promenade du Lac-des-Fées - il y a plusieurs mois. Rien n'a été fait.

Ma crainte est qu'un jour ils tombent et blessent des promeneurs ou cyclistes. Que faut-il faire pour prévenir un incident?

Michel Hébert, Gatineau

Les ratés des mégaprocès

Je suis en colère, non pas de la décision du juge Brunton libérant les cinq accusés Hells Angels, mais devant cet échec cinglant au travail difficile des policiers, pendant des années, de filature, d'écoutes électroniques, d'infiltration, de recherche de «délateurs», malgré les risques d'y laisser sa peau.

Qu'est-ce qui a dérapé? On manquait de ressources? A-t-on recours aux meilleurs avocats? Y a-t-il concertation, communication d'une stratégie au plus haut échelon? Qu'est-ce qui a manqué? Le saura-t-on un jour? Ou l'omertà du crime organisé prévaut-elle aussi dans notre système de justice? Est-ce que l'économie souterraine engendrée par toutes ces activités illégales serait acceptable, ou encore serait nécessaire à l'économie visible de la nation?

Que ces mal-aimés des professions, les policiers, n'aient pas à rougir pour l'excellence de leur travail.

Philippe Roy, Gatineau

Toujours au neutre

Le 28 octobre, le comité exécutif de la Ville de Gatineau a finalement décidé de demander à la Cour supérieure de forcer la fermeture d'un stationnement illégal sur la rue Hôtel-de-Ville. Cette décision confirme que depuis 22 ans la Ville de Gatineau était sur le neutre concernant la question des stationnements illégaux. En effet, c'était le 23 août 1993 que la Ville a obtenu un jugement statuant que le propriétaire ne respectait pas le règlement de zonage.

Il y a eu tellement de laisser-aller sur la problématique du stationnement dans le centre-ville qu'il est trop tôt pour parler d'une épiphanie.

Rappelons, par exemple, le terrain de stationnement illégal du Groupe Heafey que Denise Laferrière avait décoré avec un beau cadeau de 11 arbres plantés aux frais de la municipalité. Ici aussi il y a eu une décision de la cour confirmant un usage non conforme. Et pourtant le stationnement opère toujours en toute impunité six ans après le jugement.

Récemment, la Ville de Gatineau a partiellement normalisé cette situation d'illégalité en reconnaissant l'usage non conforme du stationnement et en imposant la propriété avec la taxe commerciale.

Bill Clennett, Gatineau

La crise nous attend

Le boom immobilier des dernières années a gonflé l'endettement des Canadiens à un niveau record, soit à 165% de leur revenu disponible, au point d'inquiéter les superviseurs financiers du pays et à l'étranger. Depuis un certain temps, les manchettes nous annoncent que la Banque fédérale américaine et celle du Canada prévoient l'augmentation des taux d'intérêts.

Les Canadiens devront faire un virage à 180 degrés, autrement ils seront plongés tête première dans une faillite sans précédent. Une tache titanesque.

Robert Woodstock, Gatineau

Satisfaits? Pas moi...

Un sondage révèle que les Gatinois étaient satisfaits des services qu'ils recevaient. En regardant des cols bleus asphalter la rue devant ma demeure, je constatais qu'ils n'étaient pas cinq ou six cols bleus, mais bien 12, dont trois au casque blanc - des boss probablement... - qui arpentaient le trottoir, les mains dans les poches.

Trois autres dossiers me sont soudainement revenus à la mémoire: la saga de l'aréna Robert-Guertin qui s'éternise; notre joyau, le train à vapeur, qui dormait depuis plus de quatre ans et qui vient de rendre l'âme; et l'aéroport de Gatineau, déficitaire depuis une vingtaine d'années, nous coûtant énormément d'argent.

Sommes-nous vraiment satisfaits? Pas moi...

Guy Lecavalier, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer