À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le niqab, oui, ça dérange

Oui, ça me dérange que des femmes refusent de prêter allégeance à visage découvert («Un peu de dignité», 2 octobre). Ceci dérange nos traditions et coutumes canadiennes. Que notre société libre et démocratique devienne la proie de l'obscurantisme religieux, oui, ça me dérange, car ici la laïcité est en vigueur.

Le chroniqueur Patrick Duquette dit que la majorité vient au Canada pour travailler et s'intégrer. Elles sont venues pour leurs enfants, pour leur donner une meilleure éducation et un bon avenir? Voilà une belle occasion de prouver leur adaptation à leur pays d'accueil.

Il ne faut pas tout mettre sur les épaules des politiciens: ce malaise persiste depuis longtemps. Il est grand temps que ce soit résolu une fois pour toutes.

Il ne s'agit pas d'un débat basé sur la peur. Nous ne sommes pas ignorants, simplement des Canadiens qui tiennent aux valeurs inculquées depuis l'enfance.

André Bérubé, Gatineau

Les priorités d'Ottawa

Justin Trudeau prévoit investir dans les infrastructures. Il y a quelques décennies, Jean Chrétien annonçait un investissement de 18 milliards $ pour financer des projets d'infrastructures municipales. De mémoire de contribuable, Ottawa créait un fonds de 6 milliards $ à condition que les provinces et les municipalités allongent chacune 6 milliards $. Dans un champ de compétence qui n'est pas fédéral. Quel cadeau! Ottawa faisait saliver les élus municipaux et forçait les provinces à investir leur part pour ne pas être accusées de refuser cette manne.

En exerçant son pouvoir illimité de dépenser, Ottawa bousculait les priorités budgétaires des autres paliers de gouvernement. Alors que les électeurs ont l'impression de recevoir des cadeaux, ils se retrouvent en fait avec trois factures de taxes, l'une d'Ottawa, une de leur province et une autre de leur municipalité. Il serait plus simple de s'attaquer au déséquilibre fiscal et laisser chaque palier de gouvernement gérer selon ses priorités.

Gérard Laurin, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer