À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Philosophie meurtrière

Une nouvelle pilule offrira une merveilleuse solution aux femmes qui désirent avorter leurs bébés. Vraiment? N'est-ce pas déjà suffisant que l'avortement soit maintenant légal et dont les frais sont assumés par l'État?

Certaines personnes croient que le foetus n'est qu'un amas de cellules ou de tissus, mais dans son for intérieur, toute femme sait que son corps commence à changer. Dans le cas d'une grossesse désirée, la mère appelle ces «cellules» son bébé, dès les premiers signes de gestation.

Toute cette philosophie préconisant l'option de se débarrasser d'enfants non-désirés au lieu de les protéger est sens dessus dessous. Ensuite elle continue avec l'euthanasie. On répète ad nauseam qu'il faut protéger l'environnement, mais non pas les bébés à naître.

Jusqu'où nous conduira cette philosophie meurtrière?

Marilyn Bergeron, Cornwall

Le courage politique

Quand j'entends tout ce que les chefs de parti peuvent dire en campagne électorale, ça m'écoeure! Ils promettent mer et monde: facile quand ce n'est pas leur argent!

Justin Trudeau me fait peur car derrière lui se cachent les acteurs du scandale des commandites, prêts à hypothéquer pour nous endetter encore plus.

Au lieu d'emprunter, qui aura le courage politique d'imposer les riches au même taux que le travailleur, sans échappatoires fiscaux qui font en sorte que 40% de la population ne paie pas sa part d'impôt?

J'aimerais voir plus de justice sociale et d'équité. Convainquez-moi. Je demande juste du gros bon sens.

Yves Gosselin, Gatineau

Où sont toutes les réfugiées?

Comment se fait-il qu'on ne lit jamais de commentaires sur le fait que les réfugiés syriens qu'on voit en photo et à la télévision, sur les radeaux ou à pied, sont surtout des jeunes hommes?

S'ils fuient la guerre, où sont leurs soeurs, leurs femmes, leurs enfants, leurs mères et grands-mères? Ont-elles été abandonnées à leur sort, à être violées et/ou tuées?

Hélène Boivin, Ottawa

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer