Venez marcher avec moi le 29 mai!

MOT DE L'ÉDITEUR / Oh non... Je n'en croyais pas mes yeux.... (André Tremblay, Archives La Presse)

Agrandir

André Tremblay, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre-Paul Noreau

Président et éditeur du quotidien LeDroit

Le Droit

MOT DE L'ÉDITEUR / Oh non... Je n'en croyais pas mes yeux. Qu'est-ce que cette dame faisait là, complètement nue, au milieu du corridor? J'ai figé pendant quelques secondes. J'étais très mal à l'aise. Elle me faisait penser à ma mère...

Je connaissais cette dame. Mon père me l'avait présentée une année ou deux auparavant. Elle m'avait alors grandement impressionné par son élégance et sa distinction. Il était rare dans mon patelin de croiser des gens avec autant de prestance et qui s'exprimaient avec des mots aussi choisis.

Et voilà qu'elle errait maintenant dans ce corridor, nue, décoiffée, à marmonner un propos franchement vulgaire. C'était surréaliste! J'étais complètement décontenancé...

J'ai néanmoins fini par attraper une couverture pliée sur un chariot de lingerie et je me suis approché pour la couvrir.

Elle s'en est trouvée contrariée. Non, elle ne voulait pas se couvrir, malgré les gens qui déambulaient autour d'elle, habillés, sans exception.

Je lui ai parlé doucement, sans la brusquer, plaidant un peu gauchement qu'elle allait avoir froid avec la climatisation et qu'elle risquait d'attraper un mauvais rhume.

Une infirmière est heureusement venue à ma rescousse. Chaleureuse et souriante, elle a su trouver les mots qu'il fallait pour la reconduire à sa chambre.

J'avais 18 ans à l'époque. Je commençais à travailler dans un centre hospitalier comme préposé aux bénéficiaires. Et cet épisode m'a grandement marqué. C'était la première fois en effet que j'étais confronté à la démence. Et si ma mémoire ne me joue pas de tour (!), je pense qu'on ne parlait pas beaucoup de la maladie d'Alzheimer à ce moment-là.

Ayant travaillé dans ce centre hospitalier quelques étés par la suite, j'ai vu de nombreux cas similaires où les gens avaient perdu le contact avec la réalité. Et j'ai pu aussi constater la peine et le désarroi des proches.

Un appui essentiel

Forme la plus fréquente des troubles cognitifs, la maladie d'Alzheimer est actuellement un fléau mondial. Il s'agit pour l'instant d'une maladie incurable qui affecte de plus en plus de gens, et des gens malheureusement de plus en plus jeunes.

La bonne nouvelle, c'est qu'il est néanmoins possible avec la médication de ralentir la progression de la maladie et qu'il y a un réseau d'aide structuré au Canada pour les familles.

Il reste qu'il faut accentuer les efforts de recherche et appuyer les précieux services de soutien comme ceux offerts par la Société Alzheimer de l'Outaouais québécois, qui m'a demandé d'être président d'honneur de la Marche pour l'Alzheimer qui se tiendra le dimanche 29 mai, à 10h, sur la piste d'athlétisme de l'école secondaire Mont-Bleu (395, boulevard de la Cité-des-Jeunes, secteur Hull).

L'objectif? Amasser 25 000 $. Alors, merci de venir marcher avec moi lors de cette activité de financement. La cause est belle et surtout, importante. La recherche est essentielle pour changer le cours des choses et la valeureuse équipe de la Société Alzheimer pour l'Outaouais québécois qui agit comme ressource pour les familles éprouvées mérite notre appui!

Au plaisir de marcher en votre compagnie. Et amenez les enfants, il y aura de l'animation, du maquillage et un petit dîner champêtre!

Pour en savoir plus, consultez le www.saoq.org.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer