Le «nouveau» Chili

Les vignerons du Chili renouent avec d'anciens terroirs... (Courtoisie)

Agrandir

Les vignerons du Chili renouent avec d'anciens terroirs et de vieilles variétés de raisin. Ils sont en train de changer le visage de leurs vins.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karyne Duplessis Piché

Collaboration spéciale

La Presse

Le paysage viticole du Chili est en pleine mutation. Oubliez les gros rouges à base de cabernet- sauvignon. Une nouvelle génération de vignerons s'intéresse aux terroirs du pays et produit des vins hors de l'ordinaire.

Le Chili subit de nombreux tremblements de terre chaque année. Mais la secousse qui touche son industrie viticole n'a rien à voir avec le mouvement de la plaque tectonique. Les vignerons du pays renouent avec d'anciens terroirs et de vieilles variétés de raisin. Ils sont en train de changer le visage des vins chiliens.

Après 11 heures de vol et une escale à Toronto, l'avion se pose à Santiago. Avec son centre-ville dynamique, ses gratte-ciel et sa congestion monstre, la capitale du Chili a des airs nord-américains.

La majorité des vignobles du pays se trouvent non loin du brouhaha de la ville. Ils sont plantés dans la région appelée la vallée centrale, grande zone près de Santiago. Situées entre les Andes et l'océan Pacifique, ces terres fertiles sont loin d'être le meilleur endroit pour la vigne, croit le spécialiste des terroirs Pedro Parra.

«Beaucoup de vignes sont plantées en sol volcanique, explique-t-il. Ce terroir, combiné au climat chaud, permet aux raisins de mûrir vite, trop vite, car les tannins sont encore verts. Les vins ne sont pas équilibrés.»

Depuis plus de 10 ans, Pedro Parra fouille le sol du Chili. On le surnomme le terroir hunter. Il creuse des trous de plusieurs mètres de profondeur entre les vignes. Il scrute la roche, sent et goûte le sol, avant d'analyser les racines des vignes. Son but: trouver les meilleurs terroirs du Chili. Une quête qui commence à porter ses fruits.

La vallée d'Elqui, à l'extrémité nord du pays, et celles de Maule et d'Itata, au sud, sont, selon lui, les plus prometteuses. Le climat y est plus frais. Les sols sont riches en granite et en schiste, et en plus, on y trouve de vieilles vignes.

Attirées par le potentiel de ces régions, les grandes sociétés vinicoles du Chili, comme le groupe Vina San Pedro Tarapaca (VSPT), bien connu pour son rouge Gato Negro, s'intéressent maintenant à ces terroirs.

Le retour du pa's

Le Chili redécouvre ses terroirs, mais aussi ses cépages. Ce pays isolé de l'Amérique du Sud n'a presque pas été touché par la crise du phylloxéra, au début du XXe siècle. C'est pourquoi on y trouve des vignes âgées de plus de 400 ans, apportées par les Espagnols lors de la conquête du pays au XVIe siècle. Ils avaient alors planté du pa's, variété de raisin qui a longtemps été méprisée au Chili.

«Quand j'ai acheté mes premiers raisins de carignan et de pa's, dans la vallée de Maule, raconte Louis-Antoine Luyt, un Français de naissance qui fait du vin au Chili, les producteurs voulaient me les donner. Personne n'en voulait.»

M. Luyt n'est pas le seul à élaborer des cuvées 100% pa's. Le domaine espagnol Miguel Torres vinifie au Chili un mousseux avec cette ancienne variété.

«Le pa's, c'est un voyage, ajoute Louis-Antoine Luyt. Il exprime des arômes que l'on n'a jamais sentis.»

Outre cette ancienne variété, les vignerons misent sur de vieilles plantations de carignan, de cinsault et de muscat pour changer l'image de leurs vins. Une image de vin industriel, vendu pas cher et dont les arômes rappellent souvent ceux de la feuille de tomate.

Et le carménère dans tout ça? Cette variété de raisin est très populaire au pays, mais elle est accusée de donner aux rouges des arômes végétaux.

«On a appris à mieux cultiver le carménère, explique Pedro Perra. Il y en a moins en moins qui sont végétales. Surtout quand on l'ajoute dans des assemblages.»

La preuve: de l'autre côté de la planète, en Europe, plusieurs châteaux de Bordeaux réintroduisent le carménère dans leurs vins.

Nouveaux vins chiliens

La métamorphose des vins chiliens ne se passe pas uniquement dans le champ, mais aussi dans la manière dont les vignerons élaborent leurs vins. Une nouvelle génération de producteurs élabore des cuvées originales à contre-courant des vins industriels.

Derek Mossman est l'un de ceux-là. Le vigneron originaire de Toronto est installé au Chili depuis 2001. Dans son domaine nommé Garage Wine Company, sa femme Pilar Miranda et lui font tout à la main. Ils vendangent de petites parcelles de vieilles vignes qu'ils vinifient séparément.

«Il est important de se mettre le nez dans chacune des cuves, explique-t-il. On apprécie alors les différences entre chaque parcelle de terrain. C'est impossible de le faire sans avoir les mains mauves.»

Il n'est pas le seul à appliquer ces méthodes. Avec une dizaine d'autres vignerons, il a fondé en 2009 le Movement of Independent Vintners of Chile (MoVI). On y trouve des oenologues de grandes sociétés comme Ed Flaherty, qui a travaillé pour Cono Sur, Errzuriz et maintenant pour Vi-a Tarapac, avant de démarrer son petit vignoble. Ces producteurs sont surtout installés dans le sud, dans la vallée de Maule et celle d'Itata.

«MoVI a ouvert la voie à de nombreux petits producteurs indépendants en leur montrant que le monde s'intéresse aux vins d'artisans du Chili.»

Le vignoble De Martino, bien connu au Québec pour ses vins de style moderne, fait aussi partie de cette révolution vinicole. Son oenologue, Marcelo Remetal, a été l'un des premiers à comprendre les terroirs du Chili. Il vinifie aujourd'hui des cuvées inusitées comme un carignan et un muscat dans des amphores.

«C'est une vieille tradition qu'on a remise au goût du jour», explique la représentante du domaine, Francisca Rodriguez.

Le vignoble De Martino vendange aussi ses fruits plus tôt pour garder de la fraîcheur dans ses vins. Il n'utilise plus de barriques de chêne neuves et il ne laisse pas le vin plus d'un an en barrique. Le but: ne plus masquer par le bois le goût des fruits et mettre en valeur le terroir.

Quatre vins chiliens à découvrir

Louis-Antoine Luyt Pipeno 2014, 18,15 $ (12511887)

Pour le Français Louis-Antoine Luyt, la révolution des vins chiliens doit se faire avec les paysans qui cultivent la vigne depuis plusieurs générations. Le nom de son vin Pipeno signifie d'ailleurs «paysan», en espagnol, et la photo accolée sur la bouteille est celle du vigneron qui a cultivé les raisins. Ce rouge est élaboré avec le fameux pa's. Il a été vinifié selon les pratiques du vin nature, il n'a pas été filtré et il contient peu de sulfites. Dans le verre, c'est parfumé, fruité, juteux et peu tannique. À découvrir! 12,5%

Clos des Fous Cabernet-Sauvignon 2012, 21,50 $ (11927813)

Pedro Parra s'est associé à trois amis pour produire du vin dans des endroits inusités. Celui-ci provient de vignes plantées à plus de 500 mètres d'altitude dans la région d'Alto Cachapoal. C'est un cabernet-sauvignon qui n'a pas été élevé en fûts de chêne. Le résultat est étonnant! C'est minéral, épicé, assez costaud et rempli de fruits noirs. Délicieux! 14%

Viejas Tinajas Cinsault 2014, 28,15 $

Les vins en amphores du domaine De Martino sont vendus au Québec en importation privée par l'agence Balthazard. Il faut acheter six bouteilles (une caisse) pour y goûter, mais ça vaut le coup! La cuvée de cinsault est fruitée et délicieuse. Elle ressemble à un rouge du Beaujolais avec plus de structure et de matière. Grand coup de coeur! 13%

Viejas Tinajas Muscat 2014, 28,15 $

Le deuxième est un muscat dont les peaux de raisins ont fermenté avec le jus. On peut dire que c'est un vin orange du Chili! Et vous n'aurez jamais goûté un blanc comme celui-ci. On sent la pelure d'orange, le pain au miel et la cardamome. C'est très sec, tannique et long en bouche. 13%

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer