Maligny, le style a changé

Les chablis sont des vins blancs pour ainsi dire... longilignes, délicats,... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les chablis sont des vins blancs pour ainsi dire... longilignes, délicats, fins, rarement boisés, et en même temps aux saveurs marquées. Vins, aussi bien le dire, dont je raffole, personnellement...

Or, chose rarissime et inusitée, le plus grand producteur de ces vins, le Château de Maligny, à Maligny, qui exploite à Chablis 201 hectares de vignes, a légèrement modifié, depuis le millésime 2011, le style de ses vins.

« On voulait obtenir un peu plus de gras, sans perdre le caractère chablis », expliquait tout récemment, à Montréal, Jean-Paul Durup, petit-fils du fondateur de cette grande propriété familiale, la plus vaste de toute la Bourgogne.

C'est-à-dire en conservant à ces vins leur élégance naturelle, mais aussi leur minéralité toujours bien présente et qui est l'une de leurs principales caractéristiques.

Précédemment, le domaine procédait, dans le même but, par bâtonnage c'est-à-dire en élevant les vins sur leurs lies et en remettant celles-ci en suspension à intervalles réguliers, ce qui confère aux vins plus de matière.

« Mais on perdait en finesse », a ajouté Jean-Paul Durup.

La solution est venue d'un oenologue champenois, Romain Ménissier, 28 ans, en poste au Château de Maligny depuis le millésime 2011.

Celui-ci, tout bonnement, a introduit une levure sélectionnée autre que celle qu'utilisait jusque-là ce domaine, levure nommée BRG qui, précisément, donne du volume sur le plan gustatif.

Le résultat ?

Les vins de Maligny, tous non boisés, ont effectivement un peu plus de chair, de gras, donc (voir ci-contre), que précédemment, sans rien perdre de cette distinction propre aux vins de Chablis.

Bref, pari gagné !

Levure naturelle qui a été isolée par l'Institut universitaire de la vigne et du vin, de Dijon, la BRG (pour Bourgogne) est produite par... la société montréalaise Lallemand.

Le Château de Maligny exploite 35 hectares en premiers crus, autant en appellation Petit Chablis, et 130 en appellation Chablis.

Chablis 2013 La Vigne de la reine Château de Maligny,

24,70 $ (560763)

17

D'un millésime qui s'annonçait désastreux, mais sauvé par le beau temps en septembre, ce beau chablis, non boisé, se présente avec un bouquet mûr, nuancé, fin, avec quelque chose de presque crayeux. Vin équilibré, ses saveurs sont relevées et il a de la chair, avec aussi une persistance remarquable. « Pendant la fermentation, la BRG produit des polysaccarides, des chaînes de sucre qui donnent du gras », signale l'oenologue Anne Dumont. 12,5 % (119 caisses). Garde : 2014-2017.

Chablis 2013 1er cru Homme Mort Château de Maligny,

35,75 $ (872986)

17,5

On est dans le même registre, mais avec un surcroît de finesse. Le bouquet, de volume moyen, encore là non boisé, est minéral, distingué, de haut niveau. La bouche suit, ce vin se révélant flatteur, tendre, avec oui un peu plus de chair que dans de précédents millésimes. Et les saveurs sont pures, qu'accompagne une persistance impressionnante. Très réussi. 12,5 % (105 caisses). Garde : 2014-2017.

Douro 2012 Duorum,

19,90 $ (11510102),

15,5

Quasi opaque, richement coloré, donc, ce vin rouge portugais, provenant de la région de production des portos, déploie un bouquet de grand volume, large, dominé par des notes de fruits noirs, faisant presque... Nouveau Monde. Vin corsé, concentré, ses tannins sont gras et il a une bonne persistance, tout en laissant des arômes de pâtisserie (le bois) en fin de bouche. 40 % Touriga Nacional, 40 % Touriga Franca et 20 % Tinta Roriz, avec élevage en fûts de chêne français. Peut-être un brin lourdaud, toutefois. Fort bon quand même. 13,5 % (339 caisses). Garde : 2014-2019.

Vinsobres 2012 Altitude 420 Domaine Jaume,

19,90 $ (12194501)

16

Vin rouge de la vallée du Rhône, fait de 60 % de Grenache avec 40 % de Syrah, d'une couleur pourpre à reflets bleutés assez bien soutenue, son bouquet de fruits noirs, d'ampleur moyenne, est marqué par la Syrah. Vin relativement corsé, tannique, ferme, ses tannins ont quelque chose d'un peu granuleux et de rustique. Élevage en cuves inox. Vins sobres a longtemps fait partie des Côtes du Rhône Villages, l'appellation datant de 2006 seulement, selon Le nouveau guide des vins de France (Éd. de l'Homme), de Jacques Orhon. 14 % (132 caisses). Garde : 2014-2017.

Maremma Toscana 2010 IGT Poggio Bestale Fattoria Di Magliano,

40,25 $ (10845091)

17,2

Vin rouge de Toscane, que j'ai cru fait, à la dégustation, de Sangiovese et de Merlot. La réalité : du Merlot, oui, mais aussi du Cabernet Sauvignon et du Cabernet franc. Très coloré sans qu'il soit opaque, il a un bouquet, surtout de fruits noirs, ample, généreux, avec des nuances un peu chocolatées. Suit une bouche charnue, dense, corsée, sur des tannins fermes quoique sans rugosité. Élevage en fûts de chêne neuf français. Du sérieux, sans que ce soit le plus fin des vins rouges. Très réussi. 14 % (75 caisses). Garde : 2014-2021 ?

La recommandation de la semaine

Mâcon Péronne 2013 Domaine du Bicheron

18,80 $ (11387546)

15,5

Les Mâcon blancs (à l'exception principalement des Pouilly-Fuissé) ont tendance à être plutôt unidimensionnels, et donc bâtis tout d'une pièce. Celui-ci, sans avoir la finesse ni la richesse de nuances d'un bon chablis, n'est pas dépourvu d'une certaine complexité. Le bouquet est net, non boisé, bien typé Chardonnay, mais avec aussi quelques nuances... bien difficiles à décrire et qui le rapprochent quelque peu des vins de Chablis. Vin tout au plus moyennement corsé, ses saveurs sont franches, comme le laisse deviner le bouquet, et il a un bon goût de fruit. Élevage en cuves inox. 13,5 % (128 caisses). Garde : 2014-2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer