Les météorologues de l'espace

En périphérie d'Ottawa, à l'abri des perturbations urbaines, des scientifiques... (Archives AP/NASA)

Agrandir

Archives AP/NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

En périphérie d'Ottawa, à l'abri des perturbations urbaines, des scientifiques fédéraux s'affairent quotidiennement à recueillir des données sur la météorologie spatiale, qui est susceptible d'avoir des incidences majeures sur les systèmes technologiques sur Terre et dans l'espace.

Le physicien Lorne McKee est spécialiste en géomagnétisme.... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

Le physicien Lorne McKee est spécialiste en géomagnétisme.

Patrick Woodbury, LeDroit

S'il est possible de voir, ressentir et entendre le vent lorsqu'une tornade se déchaîne, il est en revanche impossible de voir le champ magnétique rebondissant un peu partout et les courants qui plongent littéralement du ciel pour circuler dans les lignes électriques.

Des particules chargées émises par le Soleil voyagent dans l'espace et interagissent avec le champ magnétique de la Terre. Ces tempêtes invisibles causent parfois des dommages aux réseaux électriques et aux satellites, perturbent les communications radio et les systèmes GPS, et même de la corrosion sur les pipelines.

«Le Canada est particulièrement vulnérable à ces effets qui peuvent être à l'origine d'importantes pertes économiques et perturbations sociales», explique le physicien Lorne McKee, spécialiste en géomagnétisme, lors d'une visite des installations du laboratoire de météo spatiale de Ressources naturelles Canada, situé sur le chemin Anderson, dans le secteur Mer Bleue.

Un bâtiment principal et une quinzaine de petits édifices abritent les appareils servant à recueillir les données météo spatiales. Ces dernières sont mises en commun avec celles recueillies dans plus de 120 installations du genre partout sur la planète, question de surveiller quotidiennement les épisodes de perturbations.

Prévoir l'activité géomagnétique

Grâce au travail de ces chercheurs, il est maintenant possible de préciser l'activité géomagnétique, d'expliquer l'épisode solaire responsable de l'activité, de montrer l'endroit au Canada qui sera le plus touché, ou encore de décrire les répercussions possibles sur les réseaux électriques.

En 1989, une tempête géomagnétique avait créé des perturbations importantes dans le champ magnétique de la Terre, causant une panne majeure de courant sur l'ensemble du réseau d'Hydro-Québec. «Les courants générés dans les lignes électriques d'Hydro-Québec ont amené les systèmes de protection à mettre hors service l'ensemble du réseau. Six millions de personnes avaient été privées d'électricité pendant plus de neuf heures, ce qui a coûté des millions de dollars à l'économie québécoise», raconte M. McKee.

Plus récemment, en janvier 2015, une importante perturbation spatiométéorologique a complètement désorganisé les vols transatlantiques, obligeant les compagnies aériennes à modifier les itinéraires, poursuit M. McKee.

D'autres épisodes ont aussi touché de nombreuses infrastructures, dont des satellites et des pipelines. Une tempête géomagnétique peut provoquer des fluctuations de tension sur les pipeline, compromettant le fonctionnement du dispositif. Une situation qui est préoccupante pour les longs pipelines, comme celui de la route de l'Alaska.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer