Un trois étoiles Michelin en Outaouais... pour un soir

Vendredi prochain, Emmanuelle Leftick offrira à une tablée... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Vendredi prochain, Emmanuelle Leftick offrira à une tablée de chanceux un repas de neuf services directement inspiré du restaurant Benu, à San Francisco.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un trois étoiles Michelin en Outaouais? Du moins pour quelques heures...

Le Guide Michelin n'évalue pas les restaurants du Canada. Mais rien n'empêche un restaurant étoilé de venir s'y installer.

L'ennui, c'est que cela ne durera qu'un soir.

Une cinquantaine de gastronomes de la région de la capitale auront bientôt la chance de faire l'expérience du menu du restaurant Benu, à San Francisco, trois macarons (ou étoiles) au prestigieux Guide Michelin depuis 2015.

Vendredi prochain, le 26 février, Emmanuelle Leftick offrira à une tablée de chanceux un repas de neuf services directement inspiré de Benu, où elle travaillait comme chef de cuisine jusqu'à tout récemment. 

Elle est la première Canadienne à avoir mené les cuisines d'un restaurant si hautement primé. 

Seul Frédéric Filliodeau, établi au Canada depuis une vingtaine d'années, a fait pareil. Au même âge qu'elle, il pilotait la cuisine du restaurant de Georges Blanc, à Vonnas, en France, étoilé sans arrêt depuis 1929 (unique!), et trois macarons Michelin depuis 1983.

Mais le chef Filliodeau est un Français formé en France. Arrivé à Ottawa comme chef exécutif du restaurant Signatures chez Cordon Bleu, il est aujourd'hui à la tête des cuisines de l'hôtel Sheraton Ottawa.

Le «repas Leftick» est l'initiative de la Chaîne des rôtisseurs, un regroupement mondial de bonnes fourchettes qui a un chapitre à Ottawa-Gatineau depuis plus de 50 ans.

La Chaîne profite du fait que la chef Leftick séjourne ici pendant quelques mois avant de poursuivre sa carrière aux États-Unis pour offrir un repas d'exception à ses membres et quelques autres gastronomes. En attendant, elle relève quelques défis, comme d'offrir aux adeptes de fine cuisine une expérience inspirée de la cuisine de Benu. 

«C'est vraiment tout un challenge pour moi, a-t-elle commenté. Je n'ai ni cuisine, ni véhicule, ni équipe pour préparer ce repas qui ressemble à ce que j'ai fait chez Benu.»

Son menu apparaît comme une suite d'aliments, dont certains sont peu connus ici. Une des entrées est décrite ainsi: aubergine, bonito, okra, radis, perilla. Une autre: kohlrabi, daikon, poire asiatique, chayote, amande, cebette. Elle proposera aussi un conjee de homard, et deux plats principaux, morue charbonnière et joue de veau.

«On commencera tout en subtilité, en féminité, a-t-elle décrit, pour se rendre vers des plats plus consistants.»

La fête gourmande se tiendra à Chelsea, au restaurant L'Orée du bois, du chef-propriétaire Jean-Claude Chartrand.

Âgée de moins de 30 ans, Emmanuelle Leftick a été couronnée Meilleur espoir culinaire du magazine Wallpaper en 2010. Elle a oeuvré dans les cuisines de plusieurs des meilleures tables au monde dont El Bulli en Espagne, The French Laundry en Californie, les frères Troisgros en France et Susur Lee à Toronto.

Dotée d'une détermination hors du commun, la chef Leftick est originaire d'Ottawa et a été formée à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec. 

Le coût de repas pour les membres est fixé à 175$, incluant vins, taxes et services (léger surplus pour les non-membres). Réservations par courriel (laurence_place@hotmail.com) avant le 22 février.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer