Retour sur une année gourmande

En 2014, nous avons assisté à l'ouverture attendue... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

En 2014, nous avons assisté à l'ouverture attendue de Soif, le bar à vins de la sommelière de renom Véronique Rivest (notre photo), et l'émergence de la chef Marysol Foucault.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'année 2014 s'achève, voilà venu le moment de faire un retour sur les 12 derniers mois de la scène gastronomique d'Ottawa-Gatineau... et un peu plus.

Un peu comme les agriculteurs qui pestent régulièrement contre la météo qui gruge dans la rentabilité de leurs fermes, les chefs ont régulièrement l'occasion de se plaindre que les temps sont durs. Les clients sortent moins souvent, ils boivent moins, ils coupent le dessert, les réglementations municipales (cigarette, stationnement, bruit, zonage,etc.) leur compliquent les choses, quand ce n'est pas le prix des aliments et la pénurie de personnel qualifié, en salle comme en cuisine...

Bref, il y a de quoi se demander pourquoi ils persistent à être en affaires.

Et il y a de quoi s'interroger pourquoi et comment de nouveaux établissements remplacent ceux qui ont fermé!

L'arrivée de Soif

En 2014, une ouverture était attendue avec impatience: Soif, le bar à vins de Véronique Rivest, dans le local totalement refait de l'ancien Twist, rue Montcalm, à Gatineau. Justement compte tenu des espoirs, le résultat s'avère un peu en deçà (Cote Jury 14/20). Mais rien qui ne peut être corrigé.

L'année a été marquée par une fermeture d'importance: après 18 ans, le chef John Taylor a mis la clef dans la porte de son Café Domus, sur la rue Murray. Plusieurs légions de jeunes apprentis y sont passées.

Mais pour chaque Domus, chaque Farb's Kitchen, chaque Juniper, chaque ZenKitchen, chaque Prime360, les gourmands de la région peuvent apprécier la naissance des Vilains garçons, d'Alambic, du Forain. À Ottawa, la scène ne dérougit pas. Le chef Jon Svazas a enfin ouvert Fauna, tandis que Salt, EVOO, Segue, Petit Peru, Beechwood Gastropub, Bite Burger House, Clover et Wilf & Ada's se sont insérés dans le paysage.

La bière continue de prendre une place prépondérante. Trop longtemps dominée par les grandes brasseries aux goûts uniformes, on a ajouté en 2014 les locales Lowertown Brewery, Broken Stick Brewing, Dominion City Brewing, Covered Bridge, à Stittsville, Whiprsnapr Brewing, plus des événements comme les Hivern'ales.

Marysol s'illustre

Enfin, la dernière année a vu l'émergence d'une chef très discrète de nature, mais oh combien talentueuse en Marysol Foucault. Elle est toujours à la barre de son petit restaurant Edgar. L'an passé, elle avait fermé son second restaurant, Odile, et promettait bien d'être plus présente pour des projets spéciaux. Elle a tenu son engagement. Après sa victoire à la finale locale du concours Des chefs en or! (Gold Medal Plates), en novembre 2013, elle en a étonné plusieurs à la finale nationale, à Whistler, en février 2014. (Nous verrons bien si Patrick Garland, le chef-propriétaire du restaurant Absinthe, qui lui a succédé à la finale d'Ottawa, saura faire mieux.)

On a davantage vu Marysol Foucault dans les médias, dont dans le magazine L'Actualité, qui lui a confié le mandat d'offrir un menu des Fêtes dans son édition de décembre. Elle était aussi l'une des têtes d'affiche de la soirée bénéfice du Gala des Grands chefs, au Hilton Lac-Leamy.

Enfin, il faut souligner que le restaurant Atelier, du chef-propriétaire Marc Lépine, a été honoré d'une présence au sein de la liste des 500 meilleurs restaurants au monde selon Black Ink, le magazine des über-riches d'American Express.

Les lecteurs me permettront une note plus personnelle, en terminant cette année.

Sous ma signature, cela fait 19 ans que les lecteurs découvrent et me font découvrir les perles culinaires de la région. D'abord par la publication de plus de 700 chroniques sur l'alimentation, plus de 500 critiques de restaurants depuis 2001.

Avec l'année 2015, la chronique Saveur cesse sa publication presque hebdomadaire dans les pages du quotidien LeDroit. Elle se métamorphosera dans un blogue que vous pourrez trouver sur le site web du journal (www.ledroit.ca).

Déjà, vous pouviez depuis quelques années lire gratuitement mes chroniques sur le site Internet du Droit. Vous pouviez me suivre sur les médias sociaux Facebook et Twitter (à l'adresse @pierrejury): je sais que ce monde virtuel est étranger à plusieurs. Déjà plus de 80% de tous les foyers canadiens sont branchés, et ce taux monte à 97% dans les maisonnées mieux nanties.

Je vous invite donc à aller voir ce que c'est, ou à vous le faire montrer par quelqu'un de votre entourage. En prime, c'est gratuit. Vous pourrez vous abonner en quelques touches de clavier.

Vous n'y trouverez pas de critiques de restaurants hebdomadaires comme avant. Mais je continuerai à vous informer sur la scène des restaurants et de l'alimentation. En prime, je vous partagerai des articles sur l'alimentation d'ici et de partout dans le monde, des propos que je commenterai régulièrement. Des détails vous seront communiqués sous peu.

Au plaisir de vous y retrouver.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer