Fiazza, la pizza rapido-presto

Le copropriétaire du restaurant Fiazza, Luigi Meliambro, s'affaire... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le copropriétaire du restaurant Fiazza, Luigi Meliambro, s'affaire aux fourneaux de son nouvel établissement.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Il a quelques mois, une nouvelle chaîne de restaurants italiens s'établissait à Gatineau: Mia Pasta, qui compte une douzaine d'établissements à travers le Québec. Fiazza, un indépendant qui a ouvert ses portes cet été sur la rue Murray, à Ottawa, emprunte la même direction. Comme son nom l'indique, Mia Pasta joue son va-tout sur les pâtes et Fiazza, lui, mise tout sur la pizza.

Le succès de Mia Pasta reste encore à faire (Cote Jury 11/20, février 2014). Quelques édifices à bureaux, à quelques pas de son local lumineux du boulevard Saint-Joseph, auront droit de vie ou de mort sur cette franchise.

Idem pour Fiazza, qui ne peut cependant compter sur la force d'un réseau pour l'appuyer. La clientèle de plusieurs bureaux voisins lui fournissent déjà une base intéressante qui, à terme, pourrait assurer son succès.

D'une certaine manière, Fiazza illustre le dilemme de l'industrie de la restauration, à Ottawa comme ailleurs. Au moment même où Fiazza préparait son inauguration, Domus, juste en face, emballait ses cartons. Le solide restaurant du chef-propriétaire John Taylor n'attirait pas suffisamment de clients, le midi et le soir, pour survivre convenablement. Il n'y avait tout simplement plus assez de gens qui acceptaient de payer autour de 25$ pour un repas du midi qui s'étire sur une heure et demie, et le double en soirée, pour payer les factures.

Arrive en face un concept tout simple qui offre aux affamés une option à moins de 15$... et à consommer en moins de 30 minutes.

Devinez laquelle de ces deux options fonctionne le mieux?

C'est triste pour la scène gastronomique d'Ottawa, mais c'est Fiazza qui semble détenir les clefs du succès.

L'argent et le temps

Et Fiazza ne tourne pas pour autant les coins ronds. Quand vient le temps de manger un repas bien équilibré, un restaurant du genre de Domus s'avère toujours une meilleure option. Mais dire cela, c'est faire fi des goûts d'aujourd'hui et des impératifs financiers et de temps de la clientèle. Il n'y a qu'une minorité de dîneurs qui ont le loisir et les sous pour se payer un restaurant de service complet comme Domus le faisait; la plupart des autres n'ont qu'un budget limité et que 30 ou 60 minutes pour manger et vaquer à d'autres occupations.

Des chaînes de pizzerias ont depuis quelques décennies compris cela en vendant leurs pizzas à la pointe, des pizzas préparées à l'avance et réchauffées à la minute.

Ce n'est pas la voie qu'a choisie Fiazza. Chaque pizza est assemblée sous vos yeux, avec les ingrédients que vous choisissez. Et cuite en trois minutes dans un four toujours chaud. Pour cuire aussi rapidement, il faut une croûte mince. C'est ce que propose Fiazza, et pour aller plus vite encore, en une seule taille: pour une personne. Quelques garnitures au goût, ou un assortiment déjà établi, et vous voilà assis.

Dans l'ancien Pecco's

Établi dans l'ancien commerce de vélos Pecco's, Fiazza a totalement refait cet intérieur tout en long. Le comptoir de service est à gauche, les tables de bois, bien droites, fonctionnelles, à gauche, du côté des larges fenêtres qui illuminent l'espace qui fait propre.

Le menu se limite aux pizzas (8 à 13$), à deux salades (jardinière ou César), deux bouchées desserts. On annonce de la soupe pour bientôt. Les sucreries sont faites à l'extérieur, comme la pâte à pizza, réalisée en sous-traitance dans une boulangerie de la région. Il y a une attention aux détails, à la qualité des ingrédients. Les champignons viennent du Coprin, une maison de l'Outaouais rural, les saucisses et pepperoni, du quartier italien. Il y a une version sans gluten, une végétalienne aussi. On sert des bières locales (Kichessipi), des liqueurs douces locales (Harvey & Vern).

Pas bourratif

Le résultat est très honnête. La croûte de farine brune et blanche est mince, nul besoin de l'ensevelir de fromage et de garnitures. Quelques pincées de ceci et de cela suffisent. C'est plus économique pour vous... et pour eux. Sa minceur lui permet de cuire rapidement. Chaque pizza sort à point, parfaitement grillée. Ce n'est pas bourratif; les petits appétits en auront pour une collation ultérieure, les plus gourmands diront qu'ils en ont eu tout juste assez pour ne pas se plaindre.

Le personnel est sympathique et serviable. Même si le concept s'apparente à Mia Pasta, aux comptoirs de sous-marins et de shawarmas, chaque visite s'est soldée par la caissière qui offre gentiment de venir porter les pizzas à la table. Elles arrivent dans une assiette de métal, comme les plaques de cuisson. À noter qu'il n'y a que des ustensiles de plastique qui ne sont pas assez solides pour tailler la pizza. Ça aussi, ça devrait arriver en même temps que la soupe.

Pour deux personnes, calculez entre 20 et 30$, plus taxes, boissons et service.

Pour y aller: 86, rue Murray, Ottawa, ON

Renseignements: 613-562-2000 ou www.fiazza.ca

Cote Jury: 12/20

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer