Le Combat des villes... à Chelsea

Le chef de l'Orée du bois, Jean-Claude Chartrand... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le chef de l'Orée du bois, Jean-Claude Chartrand

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Outaouais s'est bombé le torse, lundi, lorsque les chefs Jean-Claude Chartrand et Jonathan Harris ont accédé à la finale de l'émission de cuisine «Le combat des villes», à Radio-Canada. Il s'en est fallu de peu, quelques instants de cuisson, et le tandem qui représentait Chelsea l'emportait sur celui de Montréal.

Chartrand n'est nullement triste de la deuxième place de son équipe.

«Au moins, tout le monde sait maintenant où est Chelsea!», a-t-il lancé, cette semaine.

C'était Chelsea plutôt que Gatineau parce Chartrand est le chef-propriétaire de L'Orée du bois, la fameuse adresse de l'endroit, et Harris y dirigeait jusqu'à récemment un petit bistro appelé Tante Nicole. Il est fermé depuis quelques mois et le chef Harris poursuit maintenant sa carrière à Toronto pour Oliver & Bonacini, propriétaire de six des plus beaux restaurants de la Ville-Reine.

Mais l'aventure n'est pas finie.

Pour les amateurs de brunch qui ont aimé l'émission, cinq équipes du Combat des villes se joindront au chef Chartrand à l'occasion d'un brunch-bénéfice, le dimanche 2 octobre prochain, à L'Orée du bois. Ce sera au profit de la Fondation Santé Gatineau. Les billets, au coût de 150 $, sont disponibles sur le site de la fondation.

Cette belle performance de Jean-Claude Chartrand couronne un triplé en quelque sorte, lui qui a remporté le grand prix des Créatifs de l'érable, en 2014, pour son poulet de la ferme Saveurs des Monts, mariné dans l'alcool d'érable. Le printemps dernier, le chef et deux membres de sa brigade ont livré une performance appréciée au trophée Haeberlin, un concours gastronomique à Strasbourg, en France. Et maintenant, cette finale au Combat des villes.

Les réactions ont été immédiates.

«Nous parlons d'une augmentation des réservations de l'ordre de 10 à 15 %», a estimé sa partenaire en tout, Josée Chartrand. Il dit aussi avoir reçu plusieurs belles accolades au Festival gourmand de l'Outaouais, dont il avait accepté la présidence d'honneur. Cela se tenait à la ferme Hendrick, à Chelsea.

D'autres concours en vue?

«Rien n'est prévu, non, a concédé le chef. Après la France, au printemps, j'avais dit à l'équipe de L'Orée du bois que nous prendrions une pause pour nous concentrer sur nos clients du restaurant. Puis est arrivé la confirmation de Radio-Canada pour le Combat des villes. Ça ne se refusait pas. Là, je pense qu'on est dû pour revenir à nos fourneaux.

«Notre objectif, c'était aussi de se démarquer de L'Orée du bois qui a longtemps été dirigée par le chef Guy Blain et sa famille. J'ai travaillé à ses côtés pendant 12 ans, mais depuis trois ans, Josée et moi sommes aux commandes. Je crois que le message est clairement passé maintenant!»

Les tournages du Combat des villes se sont effectués au printemps, sur une douzaine de jours. Le studio était aménagé à l'étage d'un des commanditaires de l'émission, le magasin d'électroménagers JC Perreault, à Laval. La finale s'est déroulée le 20 juin... et le défi était de garder le silence jusqu'à la diffusion, lundi dernier.

Miss Chocolat

Plusieurs auront été surpris de la récente annonce de Nathalie Borne, alias Miss Chocolat, qu'elle mettait la clef dans la porte de son commerce de la promenade du Portage. Après 15 ans, Nathalie Borne a choisi de tourner la page. 

Bonne nouvelle pour les amateurs de chocolat, le chocolatier Rochef a annoncé cette semaine qu'il reprenait le local dans le Vieux-Hull, en plus de son atelier de production de la rue Jean-Proulx, dans le secteur Hull. Rochef, pour mémoire, c'est Roch Fournier, Carole Leclair et l'homme d'affaires Alain Fredette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer