La présumée meutrière explique son alibi

Gurpreet Ronald, 34 ans, jure ne pas avoir... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Gurpreet Ronald, 34 ans, jure ne pas avoir tué Jagtar Gill pour enfin être avec son amour secret.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Accusée du meurtre prémédité de la femme de son amant, Gurpreet Ronald jure qu'elle a découvert de façon fortuite la victime, gorge tranchée, dans sa résidence de Barhaven, le 29 janvier 2014. Elle maintient ne pas avoir tué Jagtar Gill pour enfin être avec son amour secret.

La victime a été battue et égorgée à coups de barre de métal et de couteau de cuisine, selon la Couronne.

Gurpreet Ronald et son amant, Bundherpal Gill, disent avoir un alibi.

L'amante dit avoir découvert la victime au sol en entrant chez cette dernière, qui venait de subir une opération. Elle allègue avoir visité la femme par courtoisie. Personne n'aurait répondu à la porte, et la suspecte aurait ouvert en disant « Allo ? » Devant l'absence de réponse, elle s'est avancée dans la cuisine, où se trouvait le corps.

La police a trouvé l'ADN de la victime et celui de sa présumée meurtrière sur un gant de plastique bleu et un couteau de cuisine.

La suspecte a lancé ces deux objets depuis un sentier de la Commission de la capitale nationale. La police les a retrouvées.

Panique et nervosité ?

La femme a aussi tenté de cacher aux policiers une coupure qu'elle s'était infligée sur la scène.

Devant la scène, l'accusée a répondu avoir paniqué en voyant la victime.

Elle n'a pas appelé le 911 parce qu'elle s'était coupée sur la main. « Qui allait me croire, de toute façon ? Même si je n'avais rien fait, j'avais peur de me faire prendre, a-t-elle posé, devant le jury. Je m'étais coupée. »

La barre de métal a été trouvée par les policiers, dans une boite du sous-sol des Gill. Le mari de la victime, et coaccusé de l'amante, a été filmé en train d'observer cette barre ensanglantée à plusieurs reprises, pour enfin l'abandonner dans un boisé.

« Je sais que beaucoup de choses sont insensées, a ajouté la prévenue, jeudi. Je pleurais et je tremblais. J'étais nerveuse et j'ai pris les gants et le couteau. »

Lorsque son avocat, Me Michael Smith, lui a demandé si elle avait comploté avec Bunderphal Gill pour tuer Jagtar Gill, Gurpreet Ronald a répondu du tac au tac : « Ce n'est pas vrai. »

Elle a répondu la même chose à l'affirmation : « Vous avez marché dans la résidence des Gill et commis le crime. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer