Inquiétante vague de vols sur des livreurs

Des livreurs sont victimes de groupes de jeunes hommes qui commandent de la... (Photo archives PC)

Agrandir

Photo archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des livreurs sont victimes de groupes de jeunes hommes qui commandent de la nourriture et s'attaquent à eux pour les voler.

Au moins quatre agressions sont survenues en un mois, à Ottawa. Le plus récent incident s'est produit dans la nuit de mercredi à jeudi, à 1 h. La police d'Ottawa a ouvert une enquête.

Un livreur s'est présenté à une adresse du pâté de maisons des 1100 du chemin privé Rockingham. Personne ne lui a ouvert lorsqu'il a cogné à la porte. Il a appelé au numéro de téléphone laissé par le client lors de la commande, et un homme lui a dit de se présenter derrière l'immeuble. Deux hommes l'y attendaient. Un des suspects avait une arme de poing. La victime a été détroussée de son argent, et de la nourriture.

Mardi dernier, vers 2 h 40, un autre livreur s'est rendu dans le pâté de maisons des 2800 de la promenade Baycrest.

Une femme lui a dit d'attendre, le temps qu'elle aille chercher de l'argent. Le livreur s'est rendu compte que l'appartement était inoccupé. Méfiant, il a voulu quitter l'endroit, mais trois hommes l'ont accosté, poussé au sol et volé.

Le 10 juin, vers 22 h 5, un autre chauffeur s'est rendu dans le pâté de maisons des 2800 de la promenade Cedarwood. Un homme l'a invité à entrer dans la résidence. Encore une fois, deux hommes, masqués et armés, lui ont volé argent et nourriture, en plus de son cellulaire. L'appartement était inoccupé et les suspects s'y trouvaient illégalement. 

Le 16 mai, vers 1 h 25, un livreur a été pris à partie dans le pâté de maisons des 2800 de la promenade Sandalwood.

En marchant dans le couloir de l'immeuble à logements, il a vu deux hommes lui ouvrir la porte d'un appartement. Deux autres hommes lui ont bloqué la route par-derrière. Le livreur a entendu du bruit laissant croire qu'un des suspects avait une arme de poing.

La victime a été collée au sol, et le même stratagème qu'ailleurs a suivi.

Dans les quatre cas, les suspects ont entre 15, 18, 25 et possiblement 30 ans. Ils s'expriment en anglais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer