Enquête pour homicide à Ottawa

Le 1400, rue Lepage est un immeuble à logements... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le 1400, rue Lepage est un immeuble à logements communautaires réservé aux adultes vivant avec une maladie mentale et confrontés à d'importantes difficultés, comme la toxicomanie.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce qui pourrait être le septième homicide de l'année est survenu lundi après-midi, dans un immeuble à logements de l'ouest d'Ottawa.

Les policiers se sont dépêchés vers 15 h 40 au 1400 rue Lepage, après avoir reçu un appel concernant un décès dans des circonstances suspectes. C'est un voisin qui a retrouvé le corps d'un homme. Il y aurait eu du sang sur le cou du cadavre.

Le Service de police d'Ottawa a confirmé traiter l'affaire comme un homicide.

Sur les lieux, tôt en soirée, une femme dans la quarantaine est entrée dans le vestibule de l'immeuble en plein état de choc. « Où est mon chum? s'est-elle écriée, en larmes, en cognant sur la seconde porte d'entrée. S'il vous plaît, ouvrez la porte! »

Quelques minutes plus tard, la femme s'adressait aux enquêteurs au troisième étage de l'immeuble. « Mon bébé... Je ne peux pas croire qu'il est parti! »

Au rez-de-chaussée, la confusion régnait parmi les résidents. « Je ne sais pas quoi croire, a affirmé un locataire. Je croyais qu'il était mort d'une surdose. Une autre dame dans la rue a dit qu'il a été poignardé. »

L'incident s'est produit dans un immeuble à logements communautaires réservé aux adultes vivant avec une maladie mentale et confrontés à d'importantes difficultés, comme la toxicomanie. 

Selon deux voisines rencontrées dans la rue, le 1400 Lepage et l'édifice voisin, le 1390, seraient le théâtre de plusieurs incidents suspects depuis quelques années. « Il y a toujours des choses qui se passent, a affirmé l'une d'elles. Il y a des prostituées, des revendeurs de drogues... Une fois, l'ascenseur était en feu. »

« Au départ, c'était seulement pour les personnes âgées, et il y a quelques années, ils ont décidé d'intégrer des gens plus jeunes, a ajouté l'autre voisine. Il y a toujours du trouble depuis. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer