Un procès qui témoigne de la misère humaine

Le corps de Jennifer Stewart avait été retrouvé... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le corps de Jennifer Stewart avait été retrouvé dans un stationnement du secteur Vanier en août 2010.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le témoignage d'une toxicomane errant entre le Vieux-Hull et le centre-ville d'Ottawa, en 2010, en a dit long sur les misères quotidiennes et les dangers de la rue. Maria en a donné un aperçu lors de son témoignage dans le cadre du procès d'Adrian Daou, accusé du meurtre de Jennifer Stewart, il y a cinq ans.

Jennifer Stewart a été tuée à coups de hache le 20 août 2010, dans un stationnement de Vanier, coin Alice et St-Ambroise. Son tueur allégué a confessé son crime trois mois et demi plus tard. Dans la foulée de ses confidences aux policiers d'Ottawa, il a ajouté qu'il avait tenté de tuer une autre femme quelques mois auparavant. C'était Maria.

Maria (nom fictif) a été appelée à la barre des témoins, jeudi, dans le procès pour meurtre d'Adrian Daou. La Couronne l'a fait témoigner afin de démontrer au jury la véracité de la confession qu'a faite Daou dans le dossier de meurtre.

Une faveur en échange de drogue

Vivant à Ottawa depuis 1992, Maria a commencé à consommer du crack, de la cocaïne et du «crystal meth» en 2000. Elle et son ami connu sous le nom de rue de Mad Dog étaient à la recherche de drogue, en mai 2010, dans les rues du Vieux-Hull. C'est là, quelque part sur le boulevard Maisonneuve ou la rue Montcalm, qu'ils ont rencontré Adria Daou, un petit trafiquant, un matin de mai 2010.

«On a appelé 20 fois dans des téléphones publics. Puis Mad Dog m'a fait une scène comme quoi on foutait notre vie en l'air, a raconté Maria. Puis, il (l'accusé présumé) est venu nous voir, a demandé notre argent et a dit qu'il reviendrait.» À ce moment, Maria et Mad Dog savaient qu'ils auraient leur drogue.

Puis, le jeune revendeur a dit à Maria: «Si tu me fais une faveur tu en auras plus».

L'idée était claire. Une fellation pour de la drogue supplémentaire.

«J'ai dit 'allons-y' et nous sommes entrés dans une sorte de stationnement à étages, loin des regards. Il y avait du monde qui marchait... Il devait être 6 h 30 ou 7 h du matin. J'ai commencé, puis... Deux minutes plus tard... Il a pris une roche et m'a frappé le dessus de la tête.»

Son ami Mad Dog n'était plus là. Il était resté à l'écart.

L'agresseur a pris la fuite en courant, mais la femme a survécu, et malgré son importante blessure à la tête, a pu retrouver Mad Dog. Elle lui a dit c'était «son ami» qui lui avait fait ça. Mad Dog est décédé, aujourd'hui.

Trois mois plus tard, Jennifer Stewart, une autre femme se livrant parfois à la prostitution, a eu moins de chance.

Adrian Daou voulait devenir une vedette de rap et se faire connaître en tuant une femme, a-t-il admis lors de son interrogatoire policier, en février 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer