Des jumeaux d'Ottawa présumés terroristes

Les frères, Carlos et Ashton Larmond, habitaient dans... (PHOTO MARTIN ROY, LE DROIT)

Agrandir

Les frères, Carlos et Ashton Larmond, habitaient dans cette résidence du secteur Vanier.

PHOTO MARTIN ROY, LE DROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Du jour au lendemain, les frères Larmond, deux frères jumeaux qui ont grandi dans le secteur Vanier, sont passés de relatifs inconnus à présumés terroristes qui font la manchette des médias canadiens et internationaux.

Ceux-ci semblaient mener une vie sans histoire. Ils ont fréquenté l'école secondaire Rideau, à l'est d'Ottawa, où ils se sont démarqués dans le sport, comme en fait foi un article publié en 2008 dans le Ottawa Citizen. Cet article vante les qualités athlétiques de Carlos et de son apport à son équipe de volleyball scolaire.

Le directeur de l'école n'a pu être joint par LeDroit, ce week-end. Des coéquipiers cités dans l'article du Citizen n'ont pas répondu aux messages du Droit non plus.

Le sport est un élément central dans la vie des deux frères. C'est donc peu surprenant qu'au moment de son arrestation, Ashton se trouvait à la station de ski Edelweiss pour quelques descentes. Le hockey est particulièrement apprécié par les jumeaux, rapporte un jeune homme qui les a fréquentés entre 2010 et 2012.

«Je les connais peu, mais chaque fois que j'allais jouer au hockey avec un de mes amis, ils étaient là.»

Ashton, selon plusieurs témoignages, est un joueur habile avec un excellent coup de patin. Il a joué quelques parties, cet automne, dans une ligue de garage organisée au centre sportif de l'Université d'Ottawa.

«Il semblait gentil, poli», soutient l'organisateur de cette ligue, Ken Platt.

Sur le site Web de cette ligue, la fiche d'Ashton Larmond nous apprend qu'il pratiquait le métier de charpentier. Le voisin des frères Larmond affirme que les deux frères lui semblaient plutôt travaillants.

«Ils partaient travailler tous les matins. Ils sont tranquilles, je n'ai jamais eu de problème avec eux», dit-il.

Ce voisin a vu Ashton et Carlos pour la dernière fois il y a environ 10 jours. Il semblait sous le choc lorsqu'il a appris le type d'accusations déposées contre eux. «Ils se sont convertis à l'islam récemment, mais même à ça, il n'y avait aucun problème avec eux.»

Selon le Ottawa Citizen, la résidence où vivent les jumeaux est celle de leur grand-mère qui aurait pris soin d'eux depuis leur jeune âge.

Au passage du Droit, une dame et une jeune fille sont sorties de la maison. Elles ont toutefois refusé de répondre aux questions et sont embarquées dans leur véhicule, sans dire un mot.

Ashton et Carlos Larmond semblaient mener une vie tranquille, mais ils auraient des antécédents judiciaires et seraient connus autant du Service de police d'Ottawa que du Service de police de la Ville de Gatineau. Pour l'instant, les faits reprochés aux frères Larmond sont toujours inconnus. On devrait toutefois en apprendre davantage au cours des prochains jours sur leur passé criminel.

Jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer