Fini, les «tours de passe-passe»

En l'espace de 24 heures, 150 automobilistes ont... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

En l'espace de 24 heures, 150 automobilistes ont été pincés en train de faire un détour par ce stationnement commercial pour éviter la congestion routière, un geste périlleux qui leur a valu un constat d'infraction de 169 $.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des centaines d'automobilistes ont pris la mauvaise habitude de « couper » un feu de circulation névralgique de Gatineau, mettant la sécurité de nombreux piétons en jeu. Un périlleux tour de « passe-passe » est devenu si populaire, à l'intersection du boulevard Maloney et de la rue Saint-Louis, qu'il a forcé l'intervention des policiers pour faire cesser les manoeuvres. En seulement deux jours, 150 conducteurs ont reçu des contraventions totalisant près de 25 000 $.

À ce jour, la police de Gatineau s'estime chanceuse de ne pas avoir été appelée à intervenir à cet endroit après une collision grave entre une voiture et une femme enceinte, un jeune autiste ou un cycliste.

Stratagème

Le stratagème consiste - ou consistait - à emprunter le stationnement commercial situé à cette intersection, afin d'éviter la longue file au feu rouge sur Maloney Ouest, à l'heure de pointe matinale. Les contrevenants sortaient derrière ce stationnement, sur la rue Saint-Louis, devançant tous les autres automobilistes arrêtés au feu rouge.

Ce stationnement est celui du Centre Artisanal pour la Déficience intellectuelle de l'Outaouais (CADO), d'une clinique d'échographie et d'autres bureaux d'avocats et d'assurances, situés aux 410 et 394, Maloney Ouest.

La clientèle du CADO marche régulièrement vers le restaurant McDonald, situé tout près.

Le sergent Jean-Paul LeMay, de la police de Gatineau, affirme que la situation aurait pu provoquer des accidents. La clientèle du CADO est plutôt vulnérable, et les clients des autres commerces voyaient aussi leur sécurité mise en péril par la conduite des automobilistes délinquants. « Des piétons avec une déficience intellectuelle y circulent. Ils peuvent être plus vulnérables. »

Tensions

Les tensions entre les responsables des lieux et les adeptes du court-circuit se sont fait sentir. « Ça pouvait devenir assez conflictuel, rajoute le directeur du CADO, Aurèle Desjardins. C'était rendu comme un boulevard. Et c'était toujours les mêmes qui passaient ». Plusieurs voitures ont été observées à traverser la piste cyclable reliée à la Route verte, au même endroit.

Mardi, des policiers dans deux autopatrouilles ont été envoyés sur les lieux pour épingler les contrevenants à l'article 312 du Code de la sécurité routière. Ce règlement interdit d'empiéter sur une propriété privée pour éviter la circulation. Dans cette seule journée, pas moins de 102 personnes ont reçu une contravention de 100 $, plus les frais de 69 $.

L'important flot de circulation a convaincu le Service de police de la Ville de Gatineau de tripler ses effectifs le lendemain, et de retourner au même endroit. Une cinquantaine de contraventions supplémentaires ont été données mercredi.

« On veut casser cette habitude », rajoute le sergent LeMay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer