Incendie sur Cité-des-Jeunes: une personne arrêtée

Après avoir rencontré des témoins, les policiers ont... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Après avoir rencontré des témoins, les policiers ont procédé à l'arrestation d'une personne vendredi après-midi.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une personne a été arrêtée vendredi après-midi en lien avec l'incendie ayant forcé l'évacuation, la veille, d'environ 150 personnes demeurant dans un immeuble du boulevard de la Cité-des-Jeunes.

Après avoir initialement indiqué, en matinée, que l'important brasier avait été causé par une casserole laissée sans surveillance dans un appartement de l'étage supérieur, le Service de sécurité incendie de Gatineau a reçu de « nouvelles informations » ayant mené au transfert du dossier vers les policiers.

« Dans l'évolution des choses, il y a des éléments qui nous amènent à croire à la possibilité d'un acte criminel », indiquait vendredi midi le sergent Jean-Paul Le May, porte-parole du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG).

Après avoir rencontré des témoins, les policiers ont procédé à l'arrestation d'une personne, vendredi après-midi. « L'enquête se poursuit afin de déterminer si des accusations pourraient être portées », a précisé le SPVG.

Les policiers ont ainsi « pris possession de la scène, pour une durée indéterminée, dans le but d'y mener les expertises nécessaires » à leur enquête.

Quelque 70 pompiers ont été appelés à intervenir pour combattre les flammes qui ont pris naissance jeudi avant-midi au 420, boulevard de la Cité-des-Jeunes, devant l'école secondaire Mont-Bleu.

L'immeuble de quatre étages est séparé en trois ailes et compte au total 96 logements. La Croix-Rouge a mobilisé une vingtaine de bénévoles en soutien aux sinistrés.

L'aide temporaire de la Croix-Rouge, normalement pour une période de trois jours, a été prolongée d'une journée à la demande de la Ville de Gatineau. Les quelque 150 sinistrés ont été rencontrés vendredi après-midi afin de les informer des derniers développements.

« C'est très stressant. Je vis avec ma mère qui est amputée des deux jambes et elle a besoin de services spécialisés deux fois par jour, raconte Michel Madaire. [...] C'est sur qu'on a peur au niveau des pertes par exemple, mais l'aide qu'on reçoit est incroyable. »

Dès lundi, une majorité des locataires pourront réintégrer leur logement si tout se déroule comme prévu. Des travaux de réparations sont prévus toute la fin de semaine afin de rendre les lieux sécuritaires. Ceux demeurant près du foyer d'incendie pourraient attendre de cinq à six mois avant de retrouver leur logis. 

« Il y a des appartements qui ont subi peu de dommages, mais d'autres sont plus touchés. Certaines personnes doivent envisager de se relocaliser parce que les travaux seront plus longs à effectuer », explique Anne Boutin, superviseure de l'équipe d'intervention en sinistres individuels de la Croix-Rouge.

Avec Sylvie Branch

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer