Un «ado clown» s'excuse

Lundi, deux adolescents se sont rendus au parc... (Facebook)

Agrandir

Lundi, deux adolescents se sont rendus au parc Limbour, masque de clown terrifiant au visage. Un des deux plaisantins avait une chaîne en main, ce qui a contribué à la peur des enfants, âgés de 6 à 11 ans.

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un des deux adolescents déguisés en clowns ayant semé la peur chez des enfants dans un parc de Gatineau, lundi, s'excuse publiquement.

« Je voudrais que tout le monde sache que je suis désolé d'avoir fait cet acte, assure le jeune. Je ne voulais pas faire peur aux enfants autant que je l'ai fait », confie-t-il au Droit.

L'adolescent, dont nous tairons le nom en raison de son âge, n'avait jamais prévu faire autant de bruit avec cette mauvaise blague. Lundi, lui et une amie se sont rendus au parc Limbour, masque de clown terrifiant au visage. Un des deux plaisantins avait une chaîne en main, ce qui a contribué à la peur des enfants, âgés de 6 à 11 ans.

Ce genre de « blague » a été populaire ces derniers mois, sur l'Internet. Des gens se déguisent en clowns dignes d'un film d'horreur, font peur aux gens en simulant une attaque, et publient la vidéo de l'événement sur YouTube. Les personnes visées, souvent des inconnus dans des lieux publics, ne sont pas attaquées physiquement, mais s'en tirent avec une bonne frousse.

« On avait vu les vidéos sur YouTube, explique le jeune. On voulait faire la même chose, mais ça n'a pas marché. »

Aucune accusation n'a été retenue par la police de Gatineau, qui a cependant été appelée à éclaircir cette affaire dans les heures suivant l'incident. L'agent relationniste Pierre Lanthier a dit cette semaine qu'un des dangers pouvait provenir de la « victime » ou des parents de celle-ci, qui déciderait de se défendre physiquement sous le coup de l'émotion.

Une fillette de onze ans s'est réfugiée chez elle, lundi, poursuivie par les adolescents.

« On a continué un peu, mais on ne savait pas qu'elle avait vraiment eu peur », dit-il.

La mère de la fille poursuivie, Caroline St-Pierre, a filmé les clowns adolescents et dénoncé leur comportement dans les médias. 

Jeudi soir, elle a dit accepter les excuses du personnificateur erratique. « L'important est que ce genre de chose ne se reproduise plus. »

Les ados ont d'ailleurs été surpris de l'ampleur de la nouvelle. Plusieurs médias canadiens en ont parlé.

« Je ne voulais pas non plus faire un gros cas dans les nouvelles, mais il y a des choses dans la vie qui sont un peu imprévisibles, et je n'avais pas réalisé que ça ferait peur pour vrai, rajoute l'adolescent. Alors tout ceci pour dire que je suis sincèrement désolé à ceux à qui j'ai fait peur, aux quatre enfants du parc et aux autres parents de la communauté. »

À la suite de l'incident, l'adolescent est retourné rencontrer Mme St-Pierre. « Il s'est excusé auprès de celle-ci sincèrement et de manière spontanée », écrit la mère de l'adolescent.

C'est d'ailleurs sous la recommandation de celle-ci que son fils a pris l'initiative d'admettre ses torts et de s'excuser publiquement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer