Incendie suspect à l'ex-ambassade saoudienne

Les pompiers de Gatineau étaient toujours au travail,... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Les pompiers de Gatineau étaient toujours au travail, samedi matin, près des restes de l'ex-ambassade d'Arabie saoudite.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une enquête est en cours au Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) après que l'ex-ambassade d'Arabie saoudite sur le chemin d'Aylmer ait été la proie des flammes d'une façon suspecte, dans la nuit de vendredi à samedi. 

Un bâtiment d'importance historique, de surcroît.

Construite en 1937 par J.R. Booth junior - le petit-fils du légendaire magnat de la forêt du même nom -, la maison est une propriété de l'ambassade saoudienne depuis 1984, mais était abandonnée depuis quelques années, l'ambassade étant désormais située sur la promenade Sussex à Ottawa.

L'abandon des lieux a contribué à amplifier les dommages. D'abord, les pompiers de Gatineau ont dû rechercher l'origine d'une odeur de fumée signalée par des citoyens du secteur aux alentours de 0 h 10. 

Lorsqu'ils ont identifié la source de cette fumée, l'extinction a été une fois de plus retardée en raison de l'accumulation de neige et la distance qui sépare la maison de la voie publique.

Les services d'urgence ont dû faire appel à des déneigeuses afin de se frayer un chemin jusqu'à la résidence.

L'embrasement a été généralisé. Les sapeurs ont été à l'oeuvre jusqu'en après-midi samedi pour éteindre tous les foyers d'incendie restant parmi les débris. 

Pendant ce temps, le chemin d'Aylmer a été fermé à la circulation entre les rues du Golf et Victor-Beaudry.

Nature suspecte de l'incendie

Des techniciens du SPVG se sont rendus sur place dimanche matin et analysent la scène dans l'espoir de déterminer ce qui est à l'origine de cet incendie.

«Pour nous, c'est suspect puisque l'endroit était abandonné, explique le lieutenant Paul Lafontaine du SPVG. Il n'y avait plus d'électricité, il n'y avait plus rien. On doit vérifier si l'incendie a été déclenché pendant une entrée par effraction ou après qu'un objet inflammable ait été lancé à l'intérieur, par exemple.»

Inquiétude 

La présidente de l'Association du patrimoine d'Aylmer, Micheline Lemieux, partageait sa déception, dimanche matin, de voir la disparition de cette propriété qui a appartenu à de nombreux personnages historiques de la région.

La première maison à cet endroit a été construite au XIXe siècle par Aimé Lafontaine, qui deviendra juge à la Cour supérieure du Québec, avant d'être démolie par J.R. Booth dans les années 30 qui a plutôt construit une luxueuse maison de pierres. Dans ce nouveau bâtiment, on trouvait une salle de cinéma et une salle de jeu qui accueillait plusieurs membres de la classe aisée de la région. Depuis, les lieux ont appartenu à l'ambassade de la République de Zambie, au syndicat des Teamsters et à l'ambassade saoudienne.

Mme Lemieux estime que le bâtiment aurait dû recevoir une considération d'ordre patrimoniale, mais elle s'inquiète surtout pour l'avenir de l'endroit.

«On considère que tout le chemin d'Aylmer a une valeur patrimoniale. Si on construit autre chose, il faut en tenir compte. [...] Ce qu'on fait aujourd'hui doit tenir compte de demain.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer