Absolution inconditionnelle pour Patrick Brazeau (en vidéo)

Patrick Brazeau... (Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne)

Agrandir

Patrick Brazeau

Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Gatineau) Le sénateur Patrick Brazeau a remporté un round dans son combat judiciaire, mercredi, en recevant l'absolution inconditionnelle de la cour pour des accusations de voie de fait et possession simple de cocaïne. Du même coup, le politicien a laissé entendre qu'il avait «gagné son vote» lors des dernières élections fédérales, remportées par le même homme qui l'avait battu lors d'un match de boxe fort médiatisé, en 2012.

Patrick Brazeau est sorti du palais de justice de Gatineau, mercredi, satisfait des conclusions du juge Valmont Beaulieu, de la Cour du Québec. Le magistrat a en effet accepté la proposition de la Couronne et la défense faite le mois dernier, au terme du procès de M. Brazeau pour voie de fait, possession simple de cocaïne et agression sexuelle.

M. Brazeau a été acquitté, en septembre, de cette accusation d'agression sexuelle, et plaidé coupable aux deux autres accusations.

«C'est sûr que certaines personnes vont avoir des préjugés concernant moi-même. (Ce sont) souvent des personnes qui n'ont pas été dans la salle de cour pour entendre exactement (ce qui s'est passé), a commenté M. Brazeau. Au bout de la ligne, je ne suis pas un batteur de femme, pas un agresseur de femme. Je suis plein de choses, mais je ne suis pas ça.»

En septembre, son avocat, Me Gérard Larocque, expliquait que les chances de M. Brazeau de réintégrer le Sénat seraient meilleures s'il bénéficiait de cette absolution.

Une absolution inconditionnelle signifie que l'accusé est réputé ne pas avoir été condamné.

Dans sa décision, le juge Beaulieu a rappelé que la proposition du ministère public et de la défense «n'était pas déraisonnable».

La Couronne a reconnu «certaines faiblesses» dans le témoignage de la plaignante et retiré son chef d'accusation d'agression sexuelle.

La police de Gatineau est intervenue auprès de M. Brazeau en février 2013, à la suite de ce que le juge Beaulieu a qualifié, mercredi, de «bousculade» entre l'accusé et une femme.

Le sénateur doit toujours, dans un autre dossier, répondre à une accusation de garde et contrôle d'un véhicule avec les capacités affaiblies. Cette affaire fera l'objet d'une autre requête à une date ultérieure.

Patrick Brazeau est aussi accusé de fraude et d'abus de confiance au Sénat. Il subira son procès au printemps 2016, au palais de justice d'Ottawa.

«Peau-Rouge»

Patrick Brazeau croit être en mesure de réintégrer le Sénat.

Il ne cache pas son amertume envers Stephen Harper, qui l'a nommé en 2009 et suspendu en 2013. Questionné sur l'issue des élections fédérales, remportées par le Parti libéral du Canada de Justin Trudeau, le sénateur Brazeau a répondu: «J'ai gagné mon vote».

«Êtes-vous un sénateur libéral? Vous êtes un sénateur de quelle couleur?», a demandé un journaliste.

«Peau-rouge, a répondu le politicien. Sénateur indépendant première nation.»

Lorsque la presse lui a demandé pourquoi il avait appuyé les libéraux, au dernier scrutin, il a laissé tomber n'avoir «aucun commentaire».

En 2012, Patrick Brazeau avait affronté Justin Trudeau lors d'un combat de boxe au profit de la lutte au cancer. M. Trudeau l'avait emporté au troisième et dernier round.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer