La main criminelle toujours inconnue

Personne n'avait encore été arrêté, mardi, 48 heures après l'explosion qui a... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Personne n'avait encore été arrêté, mardi, 48 heures après l'explosion qui a soufflé plusieurs commerces du secteur Gatineau.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a seulement confirmé le caractère criminel de l'incendie qui aurait pris naissance dimanche, au 151, boulevard Gréber.

«Pour le moment, de notre côté, on ne peut dire où s'est déclaré le brasier. L'enquête se poursuit et nous sommes toujours sur les lieux pour déterminer la cause de cet incendie», a indiqué le sergent Jean-Paul LeMay, du SPVG.

Il semble toutefois que cet incendie a éclaté dans un salon de bronzage situé à l'étage supérieur.

Le 151, boulevard Gréber abrite aussi le bar-billard Saphyr, le nettoyeur Chatel, une clinique de chiropraticien, un détaillant Bétonnel, et un bureau du constructeur Laprise.

Personne n'a été blessé, même si plusieurs personnes se trouvaient dans le bâtiment lorsque les flammes ont subitement pris naissance.

Le salon de bronzage était cependant inoccupé.

Sur le Registre des entreprises du Québec, le salon Bo-Tan Plus est la propriété d'Yan St-Jean, un homme connu des autorités pour avoir entre autres tabassé deux policiers de Gatineau qui n'étaient pas en service, le soir de la St-Jean-Baptiste de 2009.

Le ministère public a déjà fait savoir, lors du procès de ce dernier, qu'il avait déjà entretenu des liens avec les Devil's Eyes, un groupe relié aux Hell's Angels démantelé en août 2008.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer