Des policiers sollicités, une femme excitée

Deux agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) en ont vu de... (PHOTO ARCHIVES LE DROIT)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LE DROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Deux agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) en ont vu de toutes les couleurs, cette fin de semaine, lors d'un appel concernant un couple qui se déshabillait derrière le Salon de quilles Anik.

Visiblement sous l'effet d'alcool et d'un stupéfiant aux propriétés aphrodisiaques, la femme a tenté à plusieurs reprises de détourner l'attention des agents, voire de les convaincre de se joindre à son plaisir coquin.

Les agents ont bien évidemment refusé les avances de la femme, qui devait, aux dernières nouvelles, être accusée selon un règlement municipal sur l'ivresse en public. Les faits se sont produits vers 15h30, samedi.

Alors que les policiers tentaient de faire entendre raison au couple, la femme a montré «ses attributs féminins» à un policier. S'adressant à l'un d'eux en le nommant «Bébé», elle aurait entre autres offert de s'étendre sur la valise de l'auto-patrouille afin de s'éprendre de l'agent.

Au moment où les policiers ont demandé à la femme de monter dans la voiture pour la conduire au poste, la femme a poursuivi son manège en descendant la fermeture éclair de sa camisole, demandant même de se faire mettre les menottes aux poignets.

«Ça m'excite», aurait-elle laissé tomber, sans jamais arrêter de parler et de se toucher.

Dans la voiture, elle aurait entrepris de se toucher à nouveau et de se coucher sur la banquette arrière, après avoir léché la vitre séparant siège et les places d'en avant.

La femme a finalement été gardée au poste de police, le temps qu'elle redevienne sobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer