Le feu ravage le comptoir Gatinois de la Saint-Vincent de Paul

C'est le côté droit du bâtiment, où se... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

C'est le côté droit du bâtiment, où se trouvait notamment le bureau du gérant du comptoir, qui a été le plus affecté par l'incendie.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le comptoir de la St-Vincent de Paul, situé au 165, avenue Gatineau, a été la proie des flammes vendredi soir.

Les dommages sont considérables ; les pompiers gatinois les évaluent à 300 000 $. C'est le côté droit du bâtiment, où se trouvait notamment le bureau du gérant, qui a été le plus affecté, selon le directeur du comptoir, Jean-Pierre Breton.

« Ça semblait être le foyer de l'incendie. Quand on est arrivé, [vendredi] soir, on a vu les flammes sortir par la fenêtre à cet endroit. »

Les flammes ont pris naissance peu après 21 h vendredi. Il aura fallu une heure aux pompiers pour éteindre l'incendie. Samedi matin, on pouvait voir que la partie avant du bâtiment semblait avoir été relativement épargnée par le sinistre.

M. Breton indique qu'il ne connaît toujours pas l'ampleur des dommages et qu'il ne sait toujours pas de quelle façon son équipe et lui s'y prendront pour maintenir les services offerts aux personnes les plus démunies.

« Ce n'est pas facile, surtout pour une organisation qui travaille pour les plus pauvres de notre communauté, mais on va s'en sortir », lance-t-il d'un ton optimiste.

Les employés du comptoir se sont rassemblés sur les lieux du sinistre dans la nuit de vendredi à samedi. Déjà, ils étaient en train de réfléchir à des solutions. L'une d'entre elles pourrait être de transférer temporairement le tri des dons reçus au comptoir du secteur Buckingham.

« Le sentiment est bon malgré tout, affirme M. Breton. On va se retrousser les manches, ce n'est pas ça qui va nous arrêter. »

Les pompiers ont transféré l'enquête sur les causes de l'incendie au Service de police de la Ville de Gatineau. Le feu serait d'origine suspecte.

La malchance s'abat sur ce comptoir puisqu'il a été victime d'un vol et d'une entrée par effraction dans les derniers jours. Un malfrat avait fracassé une fenêtre pour y dérober des biens entreposés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer