Bébé drogué: la grand-mère se confie

Les parents de la petite fille n'auront droit... (123RF)

Agrandir

Les parents de la petite fille n'auront droit qu'à des visites de deux heures. L'enfant a dû avoir un sevrage de quelques jours dès la naissance.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La grand-mère d'une petite fille née droguée en 2015 a pris une bouffée d'air frais, vendredi. La dame, titulaire légale de l'enfant, s'est confiée au Droit, vendredi, après la publication de l'histoire de la fillette retirée d'un environnement toxique grâce au système judiciaire, aux services sociaux, et à ses proches.

Marie (nom fictif) a été bouleversée, puis soulagée de lire son histoire dans le journal.

Le dur vécu de la femme et de la fillette était raconté dans une décision de la Cour du Québec, relatée vendredi dans nos pages.

Une ordonnance de non-publication empêche cependant d'identifier la fillette, qui a commencé sa vie sous l'effet de la drogue.

Née d'une mère toxicomane, l'enfant a dû être mise en sevrage de cannabis et de métamphétamine par les équipes médicales.

Dans une récente décision, la juge Line Gosselin a retiré la garde de l'enfant à la mère et au père, pour la donner exclusivement à Marie, qui a le pouvoir d'organiser des rencontres surveillées avec les parents. « Elle doit connaître ses parents malgré tout », dit-elle.

« (Cette épreuve) c'est tout le temps dans le secret, tout le temps caché, tout le temps des affaires qu'on ne peut pas raconter parce que c'est complexe, et parce que c'est une enfant. Je suis bouleversée de lire cela, mais, savez-vous, mon histoire, finalement, n'est pas passée inaperçue. Ça fait surface (dans Le Droit). Ça met un baume. Cela (les démarches entourant la fillette) a duré deux ans, mais on dirait que ça fait 20 ans. C'est comme un arc-en-ciel, ce matin (vendredi), c'est comme si j'avais pris l'air. »

Marie, en ses mots, veut dire qu'elle se sent maintenant moins seule dans cette histoire à crever le coeur.

Un autre cas

Selon le tribunal de la Jeunesse, les parents toxicomanes vivaient dans une relation de couple marquée par la dépendance affective. Au milieu, une enfant partait du mauvais pied. Marie a dû protéger sa petite-fille de son propre fils.

La dame espère que les parents reprennent leur vie en main, mais le chemin semble ardu. Son fils a de bonnes intentions, mais rien n'est parfait. Les parents ne forment plus un couple,

La mère, toujours en difficulté, a mis au monde un deuxième enfant d'un autre père, et ce, dans les mêmes conditions, regrette Marie. « Elle s'est encore fait enlever son enfant né avec de la drogue, comme notre petite. »

Un « ti-rayon de soleil »

La grand-mère parle de la fillette comme « un ti-rayon de soleil ». Elle décrit, émue, ses beaux yeux.

« C'est une belle histoire qui finit quand même bien, dit-elle. La petite se développe bien, elle parle bien, elle va à la garderie, elle n'a aucune hyperactivité, pas de séquelle visible, pour l'instant. Elle avait quelques problèmes de tonus au départ, mais c'est rentré dans l'ordre. »

Le tribunal a indiqué ce printemps que l'enfant était née dans un « état de consommation ». Les bébés qui en souffrent peuvent accuser des retards de croissance, des tremblements, ou de l'hyperactivité et des pleurs incessants liés au sevrage, selon le ministère de la Santé du Québec.

« La Direction de la protection de la jeunesse, c'est une grosse machine. Mais elle nous a aidés, elle a protégé la petite, commente la grand-mère. Le Centre local de services communautaires (CLSC), la pédiatrie, le centre jeunesse ont travaillé ensemble. Puis, chez nous, les oncles, les tantes, mon conjoint et moi l'avons stimulée. Il y a de l'amour, ici ! »

Aux autres grands-parents, oncles, tantes ou tuteurs légaux qui traversent des moments sombres, Marie lance un mot d'encouragement. 

« Lâchez pas, dit-elle. Des fois, c'est difficile, mais ça vaut la peine. Aujourd'hui, c'est la petite qui dit : 'Merci'. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer