Séguin accepte son sort et se prépare à la prison

Daniel Séguin devra passer ses week-ends derrière les... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Daniel Séguin devra passer ses week-ends derrière les barreaux.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce n'est « pas le même gars » d'il y a sept ans qui ira derrière les barreaux pour alcool au volant, samedi matin. L'animateur et promoteur Daniel Séguin a reçu une sentence de 90 jours de prison à purger les fins de semaine, mercredi, au terme de procédures judiciaires qui semblaient interminables.

L'affaire avait fait grand bruit, au lendemain de son arrestation pour conduite avec les capacités affaiblies par l'alcool du 10 août 2010. L'image du populaire animateur, derrière une voiture de police, avait largement circulé.

Peu après 22 h, il avait percuté une voiture, conduite par une femme enceinte. Échouant l'alcootest avec le triple du taux permis d'alcool dans le sang, il avait été accusé de conduite avec les capacités affaiblies causant des lésions.

Sept ans plus tard, et après 36 apparitions en cour, Daniel Séguin a enfin connu son sort, mercredi, au palais de justice de Gatineau. Le juge Valmont Beaulieu a imposé une peine de 90 jours de prison, à purger les fins de semaine.

Sa première fin de semaine à purger sera donc celle de la Saint-Jean-Baptiste.

La Couronne demandait une peine de 6 à 9 mois de détention, alors que l'avocat de la défense, Me Jean-Claude Sarrazin, avait demandé une courte période de probation, une amende ou une peine avec sursis.

Mercredi, Me Sarrazin a qualifié la décision de « très sévère ».

OEuvrant dans le public et auprès des médias depuis des décennies, Daniel Séguin a dit « comprendre que tout le monde a un travail à faire », mais s'est dit victime d'un traitement médiatique injuste depuis l'événement.

« Après sept ans, j'avais largement payé, avec la publicité qui s'en est suivi. J'ai eu droit à un jugement public avant n'importe quoi, et c'est probablement plus drastique que n'importe quel jugement. Je ne pense pas que cela a été équitable. (...) Moi, c'est surtout l'impact que cela a eu sur ma famille. »

Acceptant malgré tout son sort, M. Séguin dit avoir eu une « grande leçon de vie », et affirme avoir une pensée pour la victime, mère d'une jeune fille qui est aujourd'hui élève au primaire.

La femme au volant avait subi une entorse cervicale et avait craint de perdre son bébé, à la suite de l'impact sur le boulevard Taché.

« La prison a évidemment un impact sur mes filles, ma mère... Mais, bon, c'est un dénouement, aujourd'hui, c'est ça de positif. »

L'ex-animateur du matin de CJRC, aujourd'hui âgé de 62 ans, travaille sur des projets dans la région de Montréal, la semaine.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer