Procès Bush: l'argent, toujours l'argent

Ian Bush, qui avait déjà des démêlés avec... (Photo tirée de Twitter)

Agrandir

Ian Bush, qui avait déjà des démêlés avec la Cour canadienne de l'impôt depuis le début des années 2000, cherchait alors à acheter la maison de sa mère.

Photo tirée de Twitter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les dettes personnelles, les conflits entourant l'argent et le retards de paiement du loyer ont occupé une place prépondérante dans les relations entre Norman Bush et son frère Ian, accusé du triple meurtre du juge Alban Garon, de sa conjointe et de leur amie, en 2007 à Ottawa.

Des discussions entre les deux frères ont eu lieu à une époque très contemporaine au meurtre des trois personnes, le 29 juin 2007, dans un condo du 1510, chemin Riveside à Ottawa.

Norman ignorait tout du plan funeste de son frère. «Nous nous sommes parlé à la mi-juin, dit Norman. Probablement deux à quatre fois, toujours à propos de l'argent», a témoigné M. Bush, mardi, au procès de son frère Ian, au palais de justice d'Ottawa.

Ian Bush, qui avait déjà des démêlés avec la Cour canadienne de l'impôt depuis le début des années 2000, cherchait alors à acheter la maison de sa mère.

En plus de devoir près de 20 000 $ au fisc, il devait quelque 60 000$ à sa mère. De plus, Ian Bush peinait à payer son loyer.

«Ian voulait acheter une maison, mais je lui disais qu'il devait commencer par payer ses dettes», a affirmé son frère Norman. «Il n'était même pas en mesure de donner un petit montant.»

Ian Bush, selon la Couronne, en voulait tellement à Revenu Canada qu'il a tué le juge Garon, le chef de la Cour canadienne de l'impôt.

Bush avait demandé d'interjeter appel d'une décision défavorable, mais sa requête avait été refusée.

Une ancienne greffière ayant travaillé avec le juge Garon, Elizabeth Toniello, a raconté que le bureau du magistrat avait reçu, en 2001, un fax provenant d'Ian Bush.

Le message demandait de revoir la décision concernant Ian Bush.

La Couronne relie Ian Bush à certaines lettres d'injures adressées au juge Garon. Ian Bush aurait qualifié «Extorsion Canada», soit Revenu Canada, en des termes peu flatteurs. La police d'Ottawa a saisi une lettre marquée de l'entête «foutaise» (bullshit).

Lundi, des proches ont dit au jury qu'Ian Bush était, en 2007, athlétique et capable de maîtriser physiquement des gens. S'entrainant sur une base régulière, il a aussi pris des photos de lui en train de faire des pompes.

Les victimes, Alban et Raymonde Garon et leur amie Marie-Claire Beniskos, ont été battues, ligotées, et mortes par asphyxie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer