Procès Gascon: la défense plaide l'homicide involontaire

C'est dans cet appartement de la rue Symmes... (Archives, Le Droit)

Agrandir

C'est dans cet appartement de la rue Symmes dans le secteur Aylmer à Gatineau, que le corps de Angela DiStasio a été découvert. Son conjoint, Alain Gascon, subit présentement son procès pour meurtre prémédité.

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alain Gascon est coupable, mais pas de meurtre prémédité, a plaidé son avocat lundi matin, au palais de justice de Gatineau.

Me Gilles Daudelin s'est adressé au jury dans une ultime tentative de faire acquitter son client du meurtre avec préméditation de son ex-conjointe, Angela DiStasio.

Les faits remontent au 20 avril 2014, quand M. Gascon a quitté son domicile de Quyon, dans le Pontiac, puis a tué la mère de ses enfants, qui venait de le quitter. Mme DiStasio était hébergée chez un des fils du couple, dans le secteur Aylmer. La mort tragique a eu lieu dans sa résidence. Une poêle et une fourche à barbecue ont été utilisées pour commettre le crime.

« Mon client doit payer pour ses gestes, bien sûr. Mais ce n'est pas un meurtre avec préméditation. Il est coupable d'homicide involontaire. Pas de meurtre. »

Me Daudelin a souligné que la femme avait frappé M. Gascon avec une poêle, quelques secondes avant sa mort. Ce n'est que par la suite que M. Gascon a empoigné la poêle et une fourche à barbecue pour lui en asséner des coups mortels.

« Je l'ai dardée deux fois », a confié le suspect à des témoins, dans les minutes suivant le drame.

Couronne

Le ministère public retient de son côté le caractère violent et instable de l'homme, qui a déjà démontré des signes inquiétants au sein du couple.

Incapable de soutenir la séparation, il aurait lancé, auparavant, que « personne n'allait l'avoir », si lui ne le pouvait pas.

La procureure, Me Jennifer Morin, a rappelé que la pathologiste judiciaire avait confirmé que les coups de poêlon et les blessures à l'arme blanche avaient été donnés « en deux temps » et que « plusieurs minutes » séparaient les deux épisodes. La femme ne bougeait pas lorsqu'elle a été atteinte par arme blanche. Elle ne présentait pas de plaie de défense.

« On parle de nombreux coups », a marqué la procureure, qui plaide en faveur d'un verdict de meurtre avec préméditation. Après s'être rendu chez sa fille, à au moins 11 minutes de route, il lui aurait dit : « je pense que j'ai tué ta mère ».

La victime s'était confié à plusieurs proches sur sa crainte de voir son ex sévir contre elle, un jour. Alain Gascon avait visité la femme à plusieurs reprises, entre autres, sur son lieu de travail, dans un Wal-Mart de Gatineau. « Elle était déjà victime de harcèlement criminel », a soutenu Me Morin.

« La prochaine fois qu'il vient, avait-elle confié à un proche, j'appelle la police. »

La force des coups de fourche à barbecue était considérée comme étant forte par un témoin expert spécialisé en projection de gouttes de sang. « Vous devez en venir à la conclusion, hors de tout doute raisonnable, qu'il s'agit d'un meurtre prémédité », a conclu la procureure de la Couronne.

Le jury entamera ses délibérations ce mardi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer