Un suspect confus et frustré

La Couronne affirme que Gascon a tué son... (Archives, Le Droit)

Agrandir

La Couronne affirme que Gascon a tué son ex-conjointe à coup de casserole et de fourchette à barbecue.

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alain Gascon a multiplié les déclarations d'amour, mais aussi les propos haineux envers son ex-conjointe, pendant que celle-ci rendait l'âme, le 20 avril 2014, à Gatineau.

C'est ce qui est ressorti des témoignages de deux policiers de Gatineau appelés à intervenir après le meurtre d'Angela DiStastio survenu il y a trois ans, le dimanche de Pâques.

La juge Catherine Mandeville, de la Cour supérieure, a précisé au jury que les propos rapportés par les agents Sébastien Richer et Yohan Lehoux, qui ont témoigné mardi, étaient du ouï-dire. Cependant, ces propos attribués à Alain Gascon, accusé de meurtre prémédité, doivent permettre à la Couronne d'établir le contexte entourant l'arrestation du suspect.

La Couronne affirme que Gascon a tué son ex-conjointe à coup de casserole et de fourchette à barbecue.

« J'ai peut-être levé la main une fois ou deux, mais je ne l'ai jamais frappée », aurait dit M. Gascon, lors de son transport en ambulance vers l'hôpital, après son arrestation.

M. Gascon aurait ajouté qu'il « prenait des pilules pour modérer son "brain" (cerveau) » et cherchait à savoir si Mme DiStasio allait survivre.

Selon ce qu'a noté le policier gatinois Sébastien Richer, Gascon a confié que sa victime « l'avait blessé » mentalement, que cette dernière n'avait rien fait pour lui dans les années avant le meurtre, malgré le fait qu'il « l'avait traitée comme une reine et qu'elle lui avait chié dessus », en le contrôlant.

Le jour du meurtre, Mme DiStasio était hébergée chez un de ses enfants, dans le secteur Aylmer. M. Gascon serait parti de Quyon, où il résidait, pour commettre l'irréparable.

« Je ne peux pas croire ce que j'ai fait, aurait ajouté le suspect à l'hôpital. J'ai fait une erreur dans ma vie. Je ne réalise pas ce que j'ai fait ce soir », aurait dit M. Gascon.

Entre la résidence de son fils, où le meurtre s'est produit, et celle de sa fille, où il aurait dit « je pense que je viens de tuer ta mère », Alain Gascon aurait consommé des médicaments.

Ce dernier souffrait de dépression et avait déjà fait des tentatives de suicide. Mme DiStasio voulait se séparer de lui.

« J'ai perdu ma famille », aurait rajouté le patient Gascon, avant d'être accusé officiellement pour meurtre. « Je ne comprends pas. Je suis un homme doux. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer