Claude Dorion plaide coupable... et en rajoute

Claude Dorion affirme que sa victime s'est parjurée.... (Archives, Le Droit)

Agrandir

Claude Dorion affirme que sa victime s'est parjurée.

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une chose réglée, une autre en développement. Le caïd gatinois Claude Dorion a plaidé coupable d'intimidation, mercredi, au palais de justice de Gatineau. Quelques minutes plus tard, il disait au Droit, dans un entretien téléphonique, que sa victime s'était parjurée, et qu'il avait à son tour déposé une plainte à la police.

C'est après avoir lu un article dans Le Droit que sa victime d'intimidation, Martin Lortie, aurait voulu changer sa version des faits, lance Claude Dorion.

Il semble, selon d'autres sources, que M. Lortie se soit bien rendu au poste de police pour « clarifier » sa déclaration initiale, et qu'il visait dorénavant un autre trafiquant arrêté dans l'opération de mai 2012.

Claude Dorion, tête d'affiche d'un réseau de trafiquants de drogue démantelé en mai 2012, a purgé cinq ans de pénitencier avant de recouvrer sa liberté en décembre dernier. En février, il s'est lancé aux trousses de son ancien partenaire, Martin Lortie, à qui il reproche de lui devoir 46 000 $, du temps où les deux faisaient des affaires ensemble, il y a plus de cinq ans.

Selon ce que M. Lortie a déjà dit à la cour, Claude Dorion lui avait « passé » un demi-kilo de cocaïne, la veille de son arrestation, en 2012, afin de ne pas être vu avec la drogue. M. Lortie avait affirmé aux policiers qu'il devait écouler cette drogue, parce que Dorion sentait qu'il serait bientôt arrêté.

Mercredi, Claude Dorion a dit au Droit qu'il avait porté plainte contre M. Lortie à la police de Gatineau. Il espère être cru et que l'enquête donne des résultats en sa faveur. « Je n'ai jamais rencontré Lortie la veille de mon arrestation, a-t-il dit. Même que Lortie, après la publication d'un article dans Le Droit portant sur cette affaire, est allé changer sa version des faits au poste de police. »

Lortie a fait savoir, ces dernières semaines, qu'il tentait de se sortir de ce milieu.

Coupable

Mercredi, Claude Dorion a plaidé coupable d'intimidation et de bris de conditions de la cour. Il a avoué avoir intimidé Lortie, au magasin Costco de Gatineau, le 12 février dernier.

Lortie, en maison de transition après avoir purgé sa peine, faisait une sortie avec ses parents. M. Dorion aurait clairement fait savoir qu'il connaissait les adresses de tous, traitant au passage Martin Lortie de « rat » sur un ton agressif. C'est dans cet échange que la dette de 46 000 $ a fait surface.

La sentence ne sera pas rendue avant la fin du mois d'avril.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer