Quatre ans après Avalanche, Claude Dorion règle son dossier

Claude Dorion... (Archives, Le Droit)

Agrandir

Claude Dorion

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le caïd Claude Dorion junior a réglé son dossier à la dernière seconde, jeudi, et accepté une sentence de 52 mois de détention, plus de quatre ans après l'une des plus grandes opérations antidrogue de l'histoire de l'Outaouais, et d'une saga judiciaire qui ne semblait plus finir.

Détenu depuis le 31 mai 2012, M. Dorion est, selon les services policiers de la région, la tête dirigeante du réseau démantelé dans le cadre de l'opération Avalanche.

Claude Dorion a entamé la journée de jeudi en déposant une requête en délais déraisonnables en s'appuyant sur l'Arrêt Jordan de la Cour suprême, tentant ainsi d'obtenir un arrêt des procédures, ce qui l'aurait libéré sur-le-champ.

Devant le juge Valmont Beaulieu de la Cour du Québec, Claude Dorion a retiré sa requête et a accepté, en après-midi, l'offre de 52 mois de prison. Ayant purgé 51 mois de détention préventive, il reste donc au Gatinois un mois à purger derrière les barreaux avant d'obtenir sa libération d'office.

M. Dorion en avait assez de ne pas connaître son sort après plus de quatre ans de procédures judiciaires, marquées entre autres par son évasion spectaculaire en septembre 2012, à Saint-Jérôme. Il a été arrêté deux mois plus tard à Montréal, et reçu une peine de six mois.

Arrêté le 31 mai 2012, Claude Dorion a fait face à une kyrielle d'accusations reliées au trafic de stupéfiants. La frappe avait aussi permis la saisie de stéroïdes et l'arrestation de près de 30 suspects.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer