Onze ans pour Louati, les esprits s'échauffent

Angela, la mère de Sheldon O'Grady, tué en... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Angela, la mère de Sheldon O'Grady, tué en pleine rue dans le Vieux-Hull il y a plus de trois ans et demi, était soulagée vendredi par la sentence imposée à Mourad Louati (photo ci-bas).

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le couvercle a sauté au palais de justice de Gatineau, lorsque Mourad Louati a reçu sa sentence de 11 ans de détention pour l'homicide involontaire de Sheldon O'Grady, vendredi.

Mourad Louati devra passer les sept prochaines années derrière les barreaux. En apprenant la sentence, la vingtaine de membres de la famille de Sheldon O'Grady a poussé un soupir de soulagement. À l'extérieur du palais de justice, la mère de la victime, Angela O'Grady, a fait l'accolade à ses proches ainsi qu'aux enquêteurs du Service de police de la Ville de Gatineau. Mme O'Grady n'a pas voulu commenter publiquement. Cette scène de réconfort est survenue quelques minutes après une scène disgracieuse, dans la salle de cour. 

Insultes

Louati, 22 ans, représente un cas particulier. Il a souvent ri et souri dans le box des accusés, pendant son procès.

À la suite du prononcé de la sentence et de la levée de l'audition, la mère de la victime, Angela O'Grady, a interpellé celui qui a tué son fils, alors qu'il était conduit vers la sortie du box, en direction du pénitencier : « Amuse-toi », a-t-elle lancé.

Non seulement Mourad Louati a répliqué que tout était de la faute de Sheldon O'Grady, mais la soeur du tueur est sortie de ses gonds et a insulté la mère éplorée, au moment où elle était conduite vers l'extérieur de la salle de cour par les constables spéciaux. Pendant ce temps, Mourad Louati a dit à très haute voix : « J'espère que vous êtes fiers de vous, c'est lui qui a tout commencé ! »

Le drame s'est produit à l'extérieur de l'ancien bar Addiction, sur promenade du Portage, le 5 janvier 2013. La victime a été poignardée à huit reprises, recevant trois coups mortels.

Le jury a écarté le chef de meurtre non prémédité, mais a retenu l'homicide involontaire, le 1er juin dernier. Les avocats de M. Louati ont plaidé pour une peine de six ans, et la Couronne, douze.

Narcissique 

Vendredi, la juge Catherine Mandeville a rendu son verdict : 11 ans de pénitencier. La magistrate a rejeté la demande de la défense, qui voulait compter les trois ans et demi de détention préventive à temps et demi, ce qui aurait réduit considérablement le temps à purger.

La juge Mandeville a expliqué que les onze années de détention étaient nécessaires, puisque le danger de récidive était bien présent. Elle a retenu des passages des rapports psychologiques et du service de probation, qui le dépeignent comme un être narcissique et psychotique. Agité et souriant dans le box, Mourad Louati a souvent dérangé la juge pendant le procès.

En détention provisoire, Louati a été filmé à deux reprises en train d'attaquer des codétenus. Le jeune homme doit d'ailleurs répondre à de nouvelles accusations de voie de fait armées. Les agents correctionnels ont saisi au moins une arme artisanale sur sa personne, dans la foulée de ces événements.

Mourad Louati compte au moins 45 rapports disciplinaires en détention.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer