Long interrogatoire nocturne pour Daniel Semples

Daniel Semples.... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Daniel Semples.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le traitement policier de Daniel Semples après son arrestation pour le meurtre sans préméditation de son ami Nicolas Quintal, en 2012, explique en partie la raison pour laquelle il a plaidé coupable à une accusation réduite d'homicide involontaire, lundi.

C'est ce qu'a expliqué au Droit l'avocat de la défense, Me Daniel Cyr, au lendemain de l'enregistrement du plaidoyer de son client.

« Quand il était au poste (de la Sûreté du Québec), explique Me Cyr, il n'a pas exercé correctement son droit à l'avocat. »

Ajoutant que les policiers n'avaient pas assez de motifs pour l'arrêter, Me Cyr rajoute que son client a été interrogé pendant toute la nuit. « La vidéo de l'interrogatoire dure huit heures, dit-il. Ça s'est prolongé de 23 h à 8 h. Et il était déjà au poste, de midi à 23 h. Le policier a dénigré le droit à l'avocat. Avec la nuit, la fatigue, on attaque le côté libre et volontaire de ses déclarations. »

Daniel Semples est passé aux aveux dans une vidéo filmée par la SQ, sur le site du crime. Il y explique, menotté, comment il a asséné un coup de barre de métal à son ami, pour ensuite l'étrangler avec une ficelle, puis une ceinture.

Toujours selon la défense, la vidéo - enregistrée le matin suivant l'interrogatoire nocturne au poste - est illégale. « Parce qu'elle est illégale, la suite est illégale », selon Me Cyr.

Le chef d'homicide involontaire ne prévoit aucune peine minimale ni peine maximale.

Un chef de meurtre sans préméditation prévoit une période de détention à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans.

Lundi, le procureur de la Couronne, Me Sylvain Petitclerc, a dit que la nouvelle accusation d'homicide involontaire contre M. Semples « était soutenue par la preuve » présentée devant la juge Catherine Mandeville.

Selon la défense, « la preuve est circonstancielle ».

Les deux parties doivent débattre de la sentence appropriée à une date ultérieure, qui reste à être confirmée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer