Procès Louati: la cour en pleurs

Mardi matin, la mère de Sheldon O'Grady a... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Mardi matin, la mère de Sheldon O'Grady a puisé dans ses réserves d'énergie pour raconter l'enfer qu'elle vit depuis que son fils a été tué le 5 janvier 2013. devant l'ancien bar Addiction.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Couronne demande une peine de 12 ans de pénitencier pour le tueur d'un jeune fêtard du Vieux-Hull, alors que la défense espère faire sortir le coupable dans les prochains mois, un peu plus de trois ans après le crime.

Le 1er juin dernier, un jury a reconnu Mourad Louati coupable de l'homicide involontaire du jeune Sheldon O'Grady devant l'ancien bar Addiction, sur la promenade du Portage, dans la nuit froide du 5 janvier 2013. La victime a été poignardée à huit reprises. Le jury a acquitté Louati d'un chef de meurtre sans préméditation, retenant plutôt l'homicide involontaire.

Mardi en fin de journée, la procureure de la Couronne, Me Diane Legault, a indiqué qu'elle plaidait pour une peine de 12 ans de pénitencier, moins le temps préventif d'un peu plus de trois ans. De son côté, l'avocat de la défense, Me Joseph Addelman, a fait savoir à la juge Catherine Mandeville que la peine appropriée était de six ans, en comptant le temps de détention préventive multiplié par 1,5. Si cette idée est retenue, Mourad Louati aurait théoriquement passé un peu plus de cinq ans et demi en détention préventive et sortirait de prison dans les prochaines semaines.

Mardi matin, la mère de Sheldon O'Grady a puisé dans ses réserves d'énergie pour raconter l'enfer qu'elle vit depuis que son fils a été tué le 5 janvier 2013. « C'est le jour de mon anniversaire », a sangloté Angela O'Grady, dont le témoignage a fait pleurer une partie de l'audience entassée dans une petite salle du palais de justice de Gatineau.

Louati a semblé écouter partiellement, lorsqu'il ne laissait pas aller quelques simagrées pendant le témoignage poignant de la mère de sa propre victime. L'individu a été décrit comme étant narcissique et violent, manquant d'empathie, et représentant toujours un danger de violence, selon différents rapports psychologiques et du service de la probation.

« Son frère, mon autre fils, représentait le Canada chez les jeunes élites au soccer, a raconté Angela O'Grady. Il jouait à Vancouver, rêvait de jouer professionnel. Il en avait le talent et le désir. Son frère, son mentor, s'est fait tuer, et il n'a plus jamais été le même. Il a abandonné le sport, et est revenu démotivé. [...] Sa soeur n'est aussi plus la même, et s'isole. Je n'étais pas censé vivre cette vie. »

Mme O'Grady a ajouté que « le plus chanceux » est aujourd'hui Sheldon. « Il est en paix, et moi, en enfer. Mourad Louati va sortir de prison et continuer sa vie. Pas Sheldon. »

Nouvelles accusations

La Couronne a déposé de nouvelles accusations contre le détenu de 22 ans mardi.

Il s'en est pris physiquement à des codétenus, le 8 juillet, le 8 août et le 23 août 2016. Les services correctionnels ont saisi un pic artisanal. Louati est accusé de voies de fait causant des lésions, d'agression armée et de port d'arme dans un dessein dangereux.

Il a encore fait de larges sourires dans le box des accusés, à l'image de son comportement lors du procès en mai.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer