Au soleil avant d'aller en prison

Un fraudeur, qui s'est payé un voyage dans le Sud avant d'aller en prison, a... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un fraudeur, qui s'est payé un voyage dans le Sud avant d'aller en prison, a refusé de dénoncer son supérieur dans un réseau ayant piégé des personnes âgées en 2013.

Martin Charbonneau, 32 ans, a plaidé coupable de fraude et a reconnu avoir soutiré 48 000 $ à des aînés, selon un stratagème surnommé l'« arnaque grand-papa ». Cette fraude consiste à appeler une personne âgée en lui disant que son petit-fils ou sa petite-fille est soit au garage, soit en prison, et qu'il doit lui transférer de l'argent pour le faire sortir de sa cellule ou payer le mécanicien.

Ces fraudes lui valent deux ans de pénitencier, a tranché le juge.

Questionné par le procureur de la Couronne, Me Pierre Desrosiers, M. Charbonneau a refusé de nommer celui qui se trouvait au-dessus de lui dans ce réseau. « La personne... Je ne peux pas la nommer. Ça représente un danger pour ma famille. Ce sont des personnes très, très dangereuses. J'ai un enfant, une famille. »

L'accusé dit avoir reçu des menaces de la part d'une personne qui l'a recruté pour mener à bien son plan criminel.

Selon ce qu'il a avoué au tribunal mercredi, M. Charbonneau recevait 40 % du montant soutiré, puis payait à son tour les autres complices. Les 60 % restants allaient aux dirigeants inconnus.

Selon la police de Gatineau, ce réseau comptant au moins 14 personnes et a fait des victimes partout dans la province, dont à Québec, Rimouski, Rivière-du-Loup, Granby et Longueuil. Le montant total des fraudes connues dépasse les 100 000 $.

Voyage en Jamaïque

La juge Anouck Desaulniers n'a pas apprécié l'attitude de l'accusé qui, avant de recevoir sa sentence, s'est payé un voyage de deux semaines en Jamaïque.

Le rapport présentenciel négatif n'a pas impressionné la magistrate. « Lorsque l'agent de probation a tenté d'avoir un rendez-vous, Monsieur a indiqué qu'il allait en vacances en Jamaïque pour "prendre du temps pour lui avant sa sentence" », a résumé la juge.

Le même rapport souligne le caractère hédoniste du sujet qui, accablé par les dettes (17 000 $ d'amendes impayées à Gatineau et 2000 $ dans la MRC des Collines-de-l'Outaouais) a tout de même choisi de s'envoler vers le Sud.

« Cette décision témoigne d'un manque d'empathie flagrant », a commenté la juge.

Ses victimes ont perdu entre 800 $ et 15 000 $, selon les conclusions de l'enquête policière Escroc.

« Malheureusement, l'enquête arrête à son niveau parce qu'il refuse de nommer ceux qui sont en haut », a souligné le procureur de la Couronne, qui a demandé une peine de 30 à 36 mois de prison.

L'avocat de la défense, Me Marc Doyon, a tenté d'obtenir une peine de 12 à 18 mois. « Ce n'est pas un cas sympathique, mais la sentence doit être proportionnelle (à d'autres dossiers de fraudes). Comme dans les cas de drogue, les "gros" se couvrent et les "petits" se font prendre... »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer