Santé et justice: les enfants victimes des ratés du système

Les premières victimes du manque d'intervenants psychosociaux sont... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Les premières victimes du manque d'intervenants psychosociaux sont les enfants, déplore la nouvelle bâtonnière de l'Outaouais, Me Joanne Cousineau.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le système judiciaire de l'Outaouais souffre du manque d'intervenants psychosociaux, mais les premières victimes sont les enfants vivant dans des familles en crise.

C'est l'une des grandes préoccupations de la magistrature, mais aussi de la nouvelle bâtonnière de l'Outaouais, Me Joanne Cousineau, qui a fait sa sortie devant les siens, à la rentrée des tribunaux, mercredi.

Le tribunal s'appuie sur l'expertise d'une intervenante sociale - il n'y en aurait qu'une seule à temps plein en Outaouais - pour se forger une opinion sur l'enfant et ses parents, lorsque les familles sont en crise. L'intervenante permet d'en savoir davantage sur la capacité de garde d'un ou des deux parents.

«Ça peut prendre 18 mois pour un rapport psychosocial, dénonce la bâtonnière. C'est inacceptable.» En 18 mois, la situation familiale a bien le temps de changer, fait-elle valoir.

Le juge Dominique Goulet, coordonnateur de la Cour supérieure en Outaouais, estime que ce problème «est la seule ombre au tableau» du bilan de la dernière année. «Il n'y a pas un juge qui attendra (18 mois). L'enjeu est trop important.»

L'intervenante sociale est fournie par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO). Selon la bâtonnière, les compressions budgétaires en santé ont des répercussions dans la justice.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, assistait à la rentrée des tribunaux au palais de justice de Gatineau, mercredi. Elle s'est dite «sensible» à cette demande. «On a fait des approches auprès du CISSSO et des collègues à la Santé. Il y a un enjeu», a dit la ministre.

Le CISSSO fournit une intervenante à temps plein. «Il paraît qu'on va en donner à contrat, c'est une bonne affaire», a commenté la bâtonnière.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer