Un ex-chiro évite le cachot

L'ex-chiropraticien Michael Beaton, aujourd'hui âgé de 77 ans, a molesté... (Archives)

Agrandir

L'ex-chiropraticien Michael Beaton, aujourd'hui âgé de 77 ans, a molesté et abusé de patients de sexe masculin dans les années 1970 à 1990, et plus récemment, en 2003.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un ex-chiropraticien d'Ottawa coupable d'agressions sexuelles sur trois patients doit purger une peine de 15 mois d'emprisonnement dans la communauté, a tranché un juge de la cour provinciale, mardi.

Michael Beaton, aujourd'hui âgé de 77 ans, a molesté et abusé de patients de sexe masculin dans les années 1970 à 1990, et plus récemment, en 2003.

Une des victimes s'est dite «humiliée» par son agression. L'homme a dit toujours en souffrir en 2016.

Le juge Douglas Rutherford a imposé la peine avec sursis, ainsi qu'une probation d'un an.

La Couronne demandait la prison ferme pour 12 à 18 mois, et la défense, une peine avec sursis de deux ans.

«Ce n'est pas dans une prison, mais cela demeure une peine d'incarcération», a bien averti le magistrat. Une des victimes a dit de son agresseur qu'il avait agi en «prédateur» et en «pervers».

L'avocat de M. Beaton, Me Richard Auger, a demandé au juge de donner peu - ou pas - d'importance au témoignage de cette même victime. Selon l'avocat de la défense, la victime a contacté directement l'accusé pour lui demander 25 000$. La victime aurait voulu régler hors cour une éventuelle poursuite au civil.

Le même homme agressé lorsqu'il était plus jeune aurait aussi appelé au bureau d'avocat, à au moins cinq reprises, cet été. La victime aurait dit posséder de l'information pouvant aider la cause de Michael Beaton.

Le magistrat a choisi la peine avec sursis en expliquant que le justiciable ne représentait pas un danger de récidive, «presque à zéro», selon un docteur qui a analysé son dossier, dans le cadre du procès.

Selon la Couronne, le spécialiste de la santé a, dans les deux premières agressions, touché les parties génitales des jeunes clients, lorsqu'il pratiquait sur le chemin Baseline.

Plus récemment, le chiropraticien, étant chez lui, aurait dit à une victime de se dénuder, et de se coucher sur son lit, où les attouchements ont eu lieu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer