Trois ans de prison pour un fabriquant de faux passeports

Au moins deux des passeports contrefaits par Harbi Mohamoud... (Anne Gauthier, Archives La Presse)

Agrandir

Au moins deux des passeports contrefaits par Harbi Mohamoud Gabad ont servi à des criminels bien connus.

Anne Gauthier, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un fabricant de faux passeports de Gatineau ayant permis à un des criminels les plus notables du Canada de fuir le pays écope trois ans de pénitencier.

Harbi Mohamoud Gabad, 50 ans, a plaidé coupable à des chefs reliés à la production de faux documents, vendredi, au palais de justice de Gatineau. Au lieu d'entamer un procès complexe qui aurait duré cinq semaines, Gabad a reconnu les faits rapportés par la procureure de la Couronne, Geneviève DePassillé. En échange du plaidoyer, le ministère public s'est entendu sur la peine de trois ans avec l'avocat de la défense, Richard Dubé.

Entre août 2011 et mars 2014, Gabad a approché au moins 13 personnes vulnérables du Vieux-Hull, dont des itinérants et des toxicomanes. En échange de leurs cartes d'identité, il leur offrait de l'argent ou du crack.

Les cartes ont servi à fabriquer de faux passeports. Au moins deux des documents contrefaits ont servi à des criminels bien connus, a rappelé Me DePassillé à la juge Rosemarie Millar, de la Cour du Québec.

«L'un a permis à un dénommé (Rabih) Al Kalil de sortir du pays. Depuis ce temps, explique la procureure, il a été arrêté en Grèce et extradé.» Al Kalil est accusé de meurtre et a été ciblé par les policiers dans le cadre du projet Loquace à Montréal. Rabih est le frère de la présumée tête dirigeante de son clan, Hisham «Terry» Alkhalil. La famille a quitté la Colombie-Britannique il y a quelques années pour s'installer à Ottawa.

Un autre individu qui aurait profité de ces faux passeports est Matthew Medina, qui circule aussi sous le nom de Matthew Ménard. «Il est présentement en cavale à l'extérieur du pays», précise Me DePassillé.

Matthew Medina est recherché à Vancouver, pour trafic et importation de drogue en lien avec l'Australie. Il est recherché en Outaouais pour l'histoire des passeports, mais aussi pour des liens présumés avec des laboratoires de fabrication de méthamphétamine en Ontario.

L'accusé Gabad a convaincu des gens de la rue, dont certains fréquentaient le Gîte Ami, en passant par une complice.

Selon Me Dubé, son client, restaurateur et père de famille, a le soutien de sa fille. «Sa vie a basculé quand il a commencé à consommer de la cocaïne. Le chaos s'est installé.»

La magistrate a entériné «sans hésitation» la proposition commune des deux parties. «Vous avez bénéficié de pauvres gens qui n'avaient plus rien. [Les passeports] ont servi à des gens qui ont profité du système.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer