Bain: «Je pourrais être jugé fou»

Richard Henry Bain, en 2012.... (Archives La Presse)

Agrandir

Richard Henry Bain, en 2012.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Giuseppe Valiante
La Presse Canadienne

L'accusé de meurtre prémédité Richard Henry Bain a affirmé à une psychiatre légiste en 2012 qu'il pourrait être jugé « fou » et envoyé dans un établissement de soins psychiatriques.

M. Bain a tenu ces propos dans des réponses écrites à des questions posées par la psychiatre Marie-Frédérique Allard. Leur entretien s'était déroulé le 9 novembre 2012, un peu plus de deux mois après la fusillade au lieu de rassemblement des militants du Parti québécois le soir de leur victoire électorale ayant coûté la vie à un technicien de scène.

Le procureur de la Couronne, Dennis Galiatsatos, a demandé à Mme Allard, experte témoin de la défense, pourquoi cette réponse de l'accusé ne se trouvait pas dans son évaluation psychiatrique.

Mme Allard a affirmé qu'elle ne tentait pas de dissimuler la réponse et qu'elle était « certaine qu'elle (la réponse) se retrouverait devant le tribunal comme élément de la preuve ».

Me Galiatsatos a poursuivi son contre-interrogatoire, demandant si un accusé reconnaissant qu'il pourrait être jugé « fou » représentait un élément important pour déterminer si celui-ci était conscient de la nature et de la qualité de ses actions.

Mme Allard a répondu par l'affirmative.

« Et vous ne l'avez écrit nulle part dans votre rapport ? », a-t-il demandé.

« Vous avez un point », a-t-elle répondu.

Les réponses écrites de M. Bain aux questions de Mme Allard en 2012 ont été ajoutées à la preuve de la Couronne, lundi.

L'accusé a écrit que le plan était « de tuer le plus de séparatistes possible ». « Le chef, les nouveaux MPs (députés), leurs leaders, leur base », ajoutait-il.

« Je pourrais être jugé FOU ET ENVOYÉ à PINEAL », a écrit l'accusé, faisant une erreur dans le nom de l'hôpital psychiatrique montréalais Philippe-Pinel.

Mme Allard avait laissé entendre dans son témoignage que M. Bain était dans un état psychotique lors de la rédaction de ces réponses en 2012.

Elle a affirmé avoir présenté ces réponses à l'accusé durant un entretien cette année, et celui-ci lui aurait dit qu'il était « très, très surpris » et qu'il ne se souvenait aucunement de ces écrits.

Les psychiatres de la Couronne et de la défense ne s'entendent pas au sujet de l'état mental de Richard Henry Bain, l'auteur présumé de la fusillade survenue au Métropolis lors de la soirée électorale de septembre 2012.

Durant l'audience de lundi, l'experte de la défense a été invitée à commenter les conclusions de l'expert de la Couronne, Joel Watts, selon lesquelles M. Bain n'était pas délirant et psychotique lorsqu'il a commencé à tirer à l'extérieur de la salle de spectacle montréalaise où les militants du Parti québécois étaient réunis.

Mme Allard a dit être en désaccord avec M. Watts et a répété que la consommation d'antidépresseurs par l'homme âgé de 65 ans et ses troubles bipolaires avaient déclenché une crise hypomaniaque et psychotique.

Richard Henry Bain a plaidé non coupable aux six chefs d'accusation déposés contre lui pour meurtre prémédité, tentative de meurtre, possession de matériel incendiaire et incendie criminel relativement à l'attentat survenu le soir de la victoire du Parti québécois aux élections provinciales, le 4 septembre 2012.

Les avocats de M. Bain soutiennent que leur client n'est pas criminellement responsable des actes qui lui sont reprochés en raison d'un problème de santé mentale alors que la Couronne affirme que le sexagénaire a agi par colère.

Selon le principe établi par le Code criminel canadien de la non-responsabilité criminelle pour troubles mentaux, un accusé doit être en mesure de « juger de la nature et de la qualité de l'acte ou de l'omission, ou de savoir que l'acte ou l'omission était mauvais ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer