La conductrice suicidaire a plaidé coupable

La conductrice qui a tenté de s'enlever la vie en filant sur l'autoroute 50 à... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La conductrice qui a tenté de s'enlever la vie en filant sur l'autoroute 50 à contresens, en septembre dernier, à Gatineau, a reconnu ses torts, lundi après-midi. Angélique Sanfaçon-Kanaan a plaidé coupable à une accusation de négligence criminelle en conduisant un véhicule à moteur, et d'avoir conduit avec les capacités affaiblies par la drogue et l'alcool.

La femme de 34 ans avait écrit «Bye Life» sur Facebook avant d'embarquer dans sa BMW et de percuter deux autres véhicules, le 28 septembre 2015.

La conductrice circulait sur la 50 Est, près de la montée Paiement, lorsqu'elle a emprunté un virage en «U» réservé aux véhicules d'urgence, entre les deux directions. C'est ainsi qu'elle a pu emprunter l'autoroute 50 Ouest, à contresens.

Elle a d'abord percuté un véhicule récréatif (VR) avant de frapper violemment une petite voiture. Le conducteur de cette voiture a subi des fractures à un doigt, à un poignet, à une côte et à une cheville, en plus d'avoir un poumon perforé.

«Madame a roulé à vive allure jusqu'à ce qu'elle fonce dans le VR, qui l'a évité. (La BMW) l'a accroché et elle est allée percuter l'autre voiture», a résumé Me François Santerre, procureur de la Couronne.

La conductrice en crise a d'abord donné un faux nom lorsque les policiers sont intervenus sur la scène de l'impact.

Dans la même foulée, l'accusée a réglé un autre dossier de conduite avec les capacités affaiblies, remontant au mois de juillet 2015, soit un peu plus de deux mois avant les événements principaux. Mme Sanfaçon-Kanaan a plaidé coupable à une accusation de refus de se prêter à un alcootest, dans le secteur Gatineau.

Le tribunal sera saisi d'un rapport présentenciel, probablement à l'automne prochain, afin de déterminer la peine appropriée pour la femme, toujours aux prises avec des difficultés personnelles. Elle demeure détenue en attendant la suite des procédures judiciaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer